•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada échoue à obtenir un siège au Conseil de sécurité de l'ONU

C'est la deuxième fois en dix ans que le Canada tente sans succès d'obtenir un siège au Conseil de sécurité.

Une séance du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le dernier mandat du Canada au Conseil de sécurité remonte à 1999-2000.

Photo : Reuters / Carlo Allegri

Radio-Canada

Le Canada n'a pas réussi à obtenir un siège au Conseil de sécurité. Avec 108 votes, il arrive derrière la Norvège (130 votes) et l'Irlande (128 votes).

Les deux meneurs ayant réussi à franchir le seuil des deux tiers des voix exprimées (128 votes), il n'y a pas eu de deuxième tour.

C'est le deuxième revers subi par le Canada en 10 ans pour l'obtention d'un siège non permanent au Conseil de sécurité. En 2010, il avait notamment été devancé par le Portugal.

La compétition était rude dans le groupe réunissant la région Europe de l'Ouest et autres, auquel appartient le Canada. Il y avait trois candidats pour deux sièges.

En début de soirée, le premier ministre Justin Trudeau s’est exprimé par voie de communiqué.

Après avoir félicité la Norvège et l’Irlande, M. Trudeau a indiqué que le Canada souhaitait se faire élire au Conseil de sécurité des Nations Unies afin de travailler avec le monde entier pour bâtir un avenir meilleur qui profiterait à tous. Un monde qui favorise une paix durable, lutte contre les effets des changements climatiques, renforce le multilatéralisme et fait la promotion de la sécurité économique et de l’avancement de l’égalité des sexes.

Le premier ministre a souligné que le Canada avait la capacité de changer les choses, mais nous savons que nous ne pouvons pas y arriver seuls.

[…] nous continuerons de jouer un rôle de premier plan dans la promotion de la coopération mondiale ainsi que pour bâtir un monde plus pacifique, inclusif et durable.

Le premier ministre, Justin Trudeau

L’ancien ambassadeur du Canada à l’ONU, Allan Rock, s’est dit déçu par cet échec. Il a expliqué sur les ondes de RDI que lorsque Canada s’est lancé dans la course, l’Irlande était déjà candidate depuis des années et avait récolté beaucoup d’engagements des États membres.

Selon le diplomate, le résultat du vote est très serré par rapport à 2010 où la candidature du Canada avait été rejetée agressivement par les États membres.

Le Canada avait déployé des efforts importants en vue d’obtenir ce siège. En février, le premier ministre Justin Trudeau s’était rendu à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, pour rencontrer plusieurs dirigeants africains. Il était également allé en Allemagne pour rencontrer d’autres dirigeants mondiaux.

Durant sa campagne électorale, le Canada avait invité les membres de l'ONU à un concert à New York donné par Céline Dion.

L’Irlande avait fait de même en invitant les membres des Nations unies à un concert de leur vedette nationale, Bono, avec son groupe de rock U2.

Faire campagne pour un siège au Conseil de sécurité de l'ONU implique un lobbying sans fin, d'organiser des festivités, et de s'inquiéter que l'ambassadeur qui vient de vous promettre un vote puisse être un menteur, a résumé dans un tweet Richard Gowan, du centre de recherches International Crisis Group.

Ottawa a dépensé plus de deux millions de dollars dans sa campagne.

Un siège au Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas un but en soi, c’est un moyen pour le Canada de continuer d’avoir un impact positif dans le monde. […] On espère pouvoir remporter le siège, mais, quels que soient les résultats, le Canada va continuer d’utiliser tous ses moyens, d’être impliqué et d’avoir un impact positif dans le monde, avait déclaré aux médias M. Trudeau la veille du vote.

Une pétition contre l'élection du Canada

Quelques semaines avant le vote à l'ONU, une pétition, signée par 150 personnalités et organisations canadiennes et internationales, demandait aux pays membres de l’ONU de ne pas accorder de siège au Conseil de sécurité au Canada.

Les signataires du texte, dont David Suzuki, Amir Khadir, Noam Chomsky, Romeo Saganash, Roger Waters et la Confédération des syndicats nationaux (CSN), estimaient que le Canada, malgré sa réputation pacifique [...] n’agit pas comme un acteur international bienveillant.

Les auteurs reprochaient notamment au Canada ses activités d'exportation d'armes.

Le Conseil de sécurité de l’ONU est composé de 15 membres, dont 5 permanents; les 10 autres membres sont élus par l’Assemblée générale pour un mandat de deux ans.

Le dernier mandat du Canada au Conseil de sécurité remonte à 1999-2000.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !