•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget de pandémie à l'encre rouge à l'Île-du-Prince-Édouard

Darlene Compton est assise à une table, devant un micro.

La ministre des Finances de l'Île-du-Prince-Édouard, Darlene Compton (archives)

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Île-du-Prince-Édouard est dans une situation critique, car la province doit composer avec des dépenses accrues en raison de la pandémie de COVID-19.

Pour l'exercice 2020-2021, le gouvernement de Dennis King entrevoit un déficit budgétaire de près de 173 millions de dollars, sur un budget total d'environ 2,5 milliards de dollars.

Avant que la crise mondiale de santé publique n'atteigne les côtes de l'Île-du-Prince-Édouard, à la mi-mars, les progressistes-conservateurs prévoyaient un léger surplus budgétaire. Une croissance économique soutenue avait permis à la province insulaire d'écrire son budget à l'encre noire pour trois années consécutives.

L'ensemble des mesures de santé publique et de soutien annoncées dans la foulée de la pandémie de la COVID-19 pourraient faire bondir les dépenses publiques de plus de 200 millions de dollars au cours de l'exercice financier, selon les responsables des finances. En même temps, le gouvernement, qui surfait sur une forte croissance depuis quelques années, ne peut pas compter sur une économie vigoureuse pour regarnir ses coffres.

La province insulaire a aussi établi un fonds de prévoyance de 65 millions de dollars afin d'atténuer les conséquences d'une éventuelle deuxième vague de la pandémie dans les secteurs de la santé et de l'éducation, ou pour stimuler la reprise économique.

Rien n'aurait pu nous préparer entièrement à la pandémie de COVID-19 et à ses conséquences. La COVID-19 nous a touchés de toutes les manières : émotionnellement, socialement et économiquement, a déclaré d'emblée Darlene Compton, la ministre des Finances de l'Île-du-Prince-Édouard, dans le discours budgétaire qu'elle a prononcé devant l'Assemblée législative, mercredi.

Même en cas de relance rapide de l'économie, la province insulaire n'entrevoit pas un retour à l'équilibre budgétaire avant le début de l'exercice financier 2023-2024. Au cours de cette période, la dette du gouvernement ferait un bond de 460 millions de dollars pour atteindre 2,7 milliards de dollars.

« Ce n'est pas un déficit structurel. Le monde entier s'est arrêté. »

— Une citation de  Darlene Compton, ministre des Finances de l'Île-du-Prince-Édouard

Les progressistes-conservateurs de Dennis King proposent malgré tout de nouveaux investissements de l'ordre de 55 millions de dollars pour la prochaine année.

La part du lion des nouveaux investissements revient aux services sociaux, comme les programmes d'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, auxquels on injecte 8 millions de dollars, et les programmes de logement abordable qui sont bonifiés de 6,4 millions de dollars.

Le ministère de la Santé et du Mieux-être voit ses dépenses augmenter de près de 7,5 millions de dollars afin d'embaucher de nouveaux médecins et de mettre sur pied des unités mobiles de soutien en santé mentale, notamment.

Pour sa part, le ministère de l'Éducation et de l'Apprentissage continu reçoit 5,8 millions de dollars de plus que l'an dernier dans le but d'embaucher 39 nouveaux éducateurs, d'augmenter les salaires des éducatrices de la petite enfance et d'étendre un programme de repas scolaires à toutes les écoles de la province.

Le budget de l'Île-du-Prince-Édouard en quelques chiffres :

- Hausse du montant personnel de base de l'impôt provincial de 10 000 $ à 10 500 $;

- Réduction de l'impôt des petites entreprises de 3 % à 2 %;

- Bonification des mesures incitatives de 500 000 $ à 2 millions de dollars pour l'installation de panneaux solaires;

- Investissement de 1,25 million de dollars pour étendre un programme de soins dentaires aux aînés et aux personnes à faible revenu;

- Investissement de 850 000 $ pour améliorer l'accès à des professionnels de la santé en milieu rural;

- Augmentation de la taxe d'accise sur le tabac de l'équivalent de 2 cents par cigarette environ.

Dans son budget, le gouvernement progressiste-conservateur réitère également son intention d'investir 5 millions de dollars par année dans un fonds pour les transports actifs. Il annonce du même coup la création d'un fonds d'un million de dollars pour stimuler de nouvelles idées dans les milieux universitaires, économiques ou chez les Premières Nations afin de lutter contre le changement climatique.

Le financement du Secrétariat aux Affaires acadiennes et francophones demeure stable à un peu moins d'un million de dollars.

La survie du gouvernement minoritaire de Dennis King ne semble pas immédiatement compromise après le dépôt de son deuxième budget de fonctionnement. Mercredi, un nombre suffisant de députés d'opposition se sont dits prêts à appuyer le document lors d'un éventuel vote de confiance.

Nous sommes satisfaits de ce budget et constatons qu'il inclut [des mesures] que nous avons présentées comme des priorités, a réagi la députée verte Michele Beaton, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances.

Toutefois, les six députés libéraux jugent les prévisions économiques du gouvernement trop optimistes. Nous sommes préoccupés par le fait que le gouvernement semble édulcorer certaines réalités auxquelles nous pourrions avoir à faire face, a insisté Heath MacDonald, qui a été ministre des Finances dans l'ancien gouvernement de Wade MacLauchlan.

De son côté, la Chambre de commerce régionale de Charlottetown applaudit à la réduction de l'impôt des petites entreprises de 3 % à 2 %. Il s'agit d'un soulagement bienvenu pour les milliers de propriétaires de petites entreprises de l'Île qui traversent l'une des périodes les plus difficiles de leur carrière, affirme Gerard Adams, le chef de la direction par intérim de l'organisme.

Un budget d'immobilisation, qui donne un aperçu des grands projets d'infrastructure, est habituellement déposé durant la session parlementaire d'automne à l'Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !