•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants réclament des logements sociaux pour la relance économique

Des manifestants tiennent une banderole où l'on peut lire : pour le droit au logement!

Les manifestants souhaitent que le gouvernement ajoute la construction de logements sociaux à son plan de relance économique.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le Comité logement Rimouski-Neigette a tenu une manifestation, mercredi, pour que la construction de 50 000 logements sociaux soit incluse dans le plan de relance économique du gouvernement québécois.

Une trentaine de personnes y ont participé, en fin d'avant-midi, devant l’hôtel de ville de Rimouski. Le maire Marc Parent ainsi que les députés Harold LeBel et Maxime Blanchet-Joncas étaient aussi sur place pour témoigner de leur solidarité.

Le Comité logement Rimouski-Neigette affirme que plusieurs ménages sont incapables de payer une partie de leur loyer et sont ainsi contraints à vivre à plusieurs dans un logement trop petit pour leurs besoins, faute de revenus durant la pandémie.

Le coordonnateur du Comité logement Rimouski-Neigette, Guy Labonté, déplore que la construction de logements sociaux soit absente du plan de relance.

On ne la voit pas cette volonté, présentement, quand on voit que tous les groupes qui ont souffert de la COVID-19 ont été indemnisés, sauf les plus pauvres de la société, s’indigne-t-il.

Les hommes portent des masques où l'on peut lire : pour le droit au logement!

De gauche à droite : Maxime Blanchet-Joncas, Marc Parent, Harold LeBel et Guy Labonté

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le député péquiste de Rimouski, Harold LeBel, s’étonne aussi de la situation.

Je ne comprends pas que dans le plan de relance qu’on veut se donner pour le lendemain de la COVID on n’a pas quelque chose de particulier pour les logements sociaux, dit-il. Pourtant, ça vient aider l’économie, mais ça vient aider aussi des individus et des familles à s’en sortir.

Pour chaque dollar investi dans la construction de logements sociaux, deux à trois dollars reviennent dans la communauté, donc on ne parle pas de dépenses, on parle d’investissements.

Une citation de :Guy Labonté, coordonnateur Comité Logement Rimouski-Neigette

M. Labonté rapporte aussi que l’industrie de la construction annonce déjà une augmentation des coûts en raison des nouvelles mesures, ce qui pourrait avoir une influence sur la crise du logement.

Des manifestants tiennent des pancartes dans leurs mains et portent un couvre-visage.

Une trentaine de personnes manifestaient le 17 juin devant l'Hôtel de Ville de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Il craint par ailleurs que des ménages se retrouvent à la rue en raison du nombre insuffisant de logements sociaux.

Présent à la manifestation, le maire de Rimouski, Marc Parent, s'est dit préoccupé par la situation. Il prétend qu’aucune famille de Rimouski ne sera laissée à elle-même à l’approche du 1er juillet.

Les demandes sont légitimes de faire partir la relance économique qui passe par le logement social, on sera au rendez-vous lorsque le gouvernement sera prêt à investir, commente-t-il.

Le Comité logement Rimouski-Neigtte rappelle que la pénurie de logements locatifs était bien présente avant la crise de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !