•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tourisme et COVID-19 : les autorités madeliniennes « prêtes à toute éventualité »

Un homme ratisse le tour de sa sculpture. Un drapeau acadien est planté dans le sable à côté.

Les autorités madeliniennes estiment être prêtes à agir pour faire face à la COVID-19 en période touristique (archives).

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les autorités madeliniennes confirment qu'un plan de prise en charge local est en place pour les touristes qui pourraient être infectés par la COVID-19 cet été aux Îles-de-la-Madeleine.

Sans dévoiler trop de détails, le maire, Jonathan Lapierre, assure que tous les propriétaires d'hébergement touristique et toutes les personnes concernées seront avisés par l'Association touristique des Îles-de-la-Madeleine de la procédure à suivre si certains de leurs clients sont atteints de la COVID-19.

Un isolement obligatoire de 14 jours devra se tenir aux Îles-de-la-Madeleine, mais Jonathan Lapierre refuse toutefois de dévoiler les modalités entourant cette prise en charge des malades.

On ne veut surtout pas créer de préjudices à l’endroit qui va accueillir les gens qui pourraient être malades. On ne veut pas que ça devienne une chasse aux sorcières.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Ce qu'il faut savoir, dit-il, et on demande aux gens de nous faire confiance, c'est qu'il y a un plan, il y a une solution, il y a un endroit et les gens vont être pris en charge.

Les patients atteints de la COVID-19 dont l'état pourrait nécessiter une hospitalisation de longue durée seront toutefois transférés automatiquement à Québec, comme c’est le cas depuis le début de la pandémie.

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles, Jasmine Martineau, rappelle que 10 lits de soins courte durée ont été ajoutés en mars pour accueillir des patients ayant contracté le virus.

Là où notre capacité pourrait devenir limitée, si on connaît une deuxième vague importante, c'est à partir du moment où Québec ne serait plus capable d'accueillir la clientèle des régions. Jusqu'à maintenant, il n’y a pas de difficultés par rapport à ça.

Jasmine Martineau, PDG du CISSS des Îles-de-la-Madeleine

La présidente-directrice générale du CISSS des Îles, Jasmine Martineau, estime que le réseau est prêt à accueillir les touristes.

Photo : CISSS

Ce qu’il faut retenir, ajoute Jonathan Lapierre, c’est que les autorités compétentes en place sont prêtes à faire face à toute éventualité. Il faut relativiser la situation. À l’heure actuelle, il y a 718 hospitalisations sur une population de huit millions de personnes. Donc, je pense qu’on peut demeurer optimiste même s’il y a des gens de l’extérieur, ça ne devrait pas déborder.

Accès au territoire : appel au calme et à la patience

Par ailleurs, à la suite des ratés connus par le système de réservation de la CTMA, le maire Jonathan Lapierre remarque que bon nombre de personnes se questionnent quant au nombre de places disponibles sur le traversier et les délais d’attente à la centrale de réservations.

Tout le monde veut avoir sa réservation rapidement, affirme M. Lapierre, tout le monde veut rentrer aux mêmes dates, et évidemment tout ça cause une surcharge. Je suis convaincu que la CTMA déploie tous les efforts pour satisfaire le plus grand nombre de personnes possible.

Je fais un appel à la population des Îles et aux visiteurs à faire preuve de patience et à être compréhensif devant cette situation-là. La COVID-19 a un impact pour tout le monde, autant pour les organisations que sur le plan personnel.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Le maire tient aussi a rappeler que le corridor de passage qui permet aux touristes de circuler dans les provinces maritimes vers le port de Souris est seulement en vigueur à partir du 26 juin.

D’ici là, seuls les travailleurs des services essentiels, les propriétaires de résidences et les personnes ayant à se déplacer à des fins humanitaires ou médicales peuvent le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !