•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement des services policiers : un conseiller municipal de Regina veut du changement

Un véhicule de la police de Regina est garé devant un immeuble.

De nombreuses discussions au sujet du financement des services policiers ont lieu depuis beaucoup de semaines dans de nombreuses villes au Canada et en Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada / Trent Peppler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’augmentation régulière du budget des services policiers plutôt que celui des programmes sociaux provoque un « état de folie » et doit cesser, affirme un conseiller municipal de Regina.

Andrew Stevens considère que le mode de fonctionnement actuel du financement des services policiers ne fonctionne pas et se dit de plus en plus contrarié par cette façon de faire.

Il estime qu’une hausse du financement pour des initiatives à propos de la santé mentale, du logement et des loisirs pour les jeunes rendrait la société plus sécuritaire.

Si j’avais 3 millions de dollars, je serais certainement d'accord pour l’offrir à de tels programmes plutôt que d’augmenter le budget de la police, affirme Andrew Stevens.

Andrew Stevens, à l'intérieur de l'hôtel de Ville de Regina, regarde le photographe.

Andrew Stevens estime que la façon de financer les services policiers doit changer.

Photo : Alex Brockman

Le budget 2020 de la Ville de Regina prévoit une somme de 96 millions de dollars destinée à la police, mais le conseiller municipal pense qu’une partie de ce montant pourrait être transférée à des programmes sociaux ou à d’autres initiatives pour la prévention du crime.

Andrew Stevens souligne qu’il a entendu certaines personnes à la Ville de Regina dire qu’il était impossible de rediriger une partie du budget de la police vers les programmes sociaux, puisque ces derniers relèvent du gouvernement provincial. Or, selon lui, il ne s’agit que d’une excuse pour ne pas changer les choses.

« Il faut en parler. Il est temps que la province et les municipalités commencent à chercher des solutions. Nous devons aller au-delà de la simple phrase : "Ce n’est pas de notre ressort". »

— Une citation de  Andrew Stevens, conseiller municipal de Regina

Les commentaires d’Andrew Stevens surviennent alors que des discussions et des débats au sujet du financement des services policiers se tiennent dans de nombreuses villes en Amérique du Nord, notamment.

Avec les informations de Jason Warick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...