•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rentrée sécuritaire dépend de la taille des classes, selon le syndicat des enseignants

Un autobus scolaire à l'extérieur de l'École Rocher-du-Nord.

Les écoles de Terre-Neuve-et-Labrador sont fermées depuis mars dernier. La province souhaite les rouvrir en septembre, mais le syndicat provincial des enseignants fait part de ses inquiétudes.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Radio-Canada

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador devra réduire le nombre d’élèves par classe et donner plus de soutiens aux professeurs s’il veut que les écoliers retournent en classe à l’automne, selon le syndicat provincial des enseignants.

Le ministre de l'Éducation de Terre-Neuve-et-Labrador, Brian Warr, a révélé plus tôt cette semaine que les élèves de la maternelle à la 12e année pourront retourner à l’école en septembre.

Le ministre indique qu’un plan détaillé pour la rentrée sera dévoilé d’ici la fin du mois. Entre-temps, l’Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador soutient que la réouverture des écoles soulève des questions sur l’éloignement physique dans les installations scolaires.

Est-ce que le plan comprend des classes modulaires? Est-ce qu’il comprend la création de classes plus petites? se demande Dean Ingram, président du syndicat, qui représente les professeurs anglophones et francophones de la province.

Dean Ingram, président de l'Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador, en entrevue.

Dean Ingram, président de l'Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador, incite la province à améliorer les salaires et avantages sociaux des enseignants et de leurs remplaçants pour faciliter le recrutement.

Photo : CBC/Eddy Kennedy

Le syndicat des enseignants demande depuis des années une réduction du nombre d’élèves par classe. Les classes surchargées créaient déjà des problèmes pour les professeurs, affirme M. Ingram, mais la pandémie vient empirer la situation.

Même avant la COVID-19, la taille des classes représentait un défi, indique Dean Ingram, en ajoutant que l’embauche de plus de professeurs pourrait être nécessaire.

Plus de formation réclamée

Dean Ingram ajoute que les enseignants doivent être mieux formés pour donner des cours en ligne. Ce perfectionnement professionnel nécessiterait plus de financement de la province, dit-il.

La commission scolaire anglophone a déjà demandé un financement de plusieurs millions de dollars à la province pour assurer que les enseignants et les élèves aient accès à l’apprentissage en ligne à l’automne.

Dean Ingram soutient que le retour en classe pourrait bien fonctionner, mais il affirme que le plan doit être bien développé et que les enseignants doivent être consultés.

Le syndicat, les commissions scolaires et le ministère de l’Éducation sont en discussions pour finaliser le plan.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Éducation