•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forêt, un secteur clé pour la relance économique, estime l'industrie

Une scierie en Colombie-Britannique.

Selon la CSN, 152 municipalités québécoises dépendent directement ou indirectement de l'industrie forestière (archives).

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

L'industrie forestière peut et doit jouer un rôle dans une relance économique verte, estiment plusieurs acteurs de l'industrie.

Alors que le Canada semble se relever de la crise sanitaire et que les activités économiques reprennent, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) demande à Québec et à Ottawa de présenter une stratégie globale pour ce secteur d'activité.

La présidente par intérim du Conseil central du Bas-Saint-Laurent de la CSN, Pauline Bélanger, croit que l'industrie forestière est bien placée pour jouer un rôle clé dans la reprise économique.

Elle est d'avis que les gouvernements provincial et fédéral tardent à présenter un plan cohérent en ce sens. Pendant ce temps, on a l'usine de FF Soucy, à Rivière-du-Loup, qui a arrêté sa production. Inévitablement, ça a des répercussions sur la scierie du Groupe Lebel, à Saint-Joseph-de-Kamouraska, ainsi que sur les transporteurs, affirme Mme Bélanger.

Du même souffle, elle affirme que l'industrie forestière peut être de celles qui assurent une relance durable. On voit des usines en Gaspésie qui se mettent au goût du jour, notamment en achetant des séchoirs. Ça donne du bois sec, de meilleure qualité, et c'est un produit recherché, qui se vend plus cher, affirme la présidente par intérim.

On voit que c'est une industrie qui innove et qui cherche toujours de nouveaux moyens pour trouver des débouchés. Avec l'appui des gouvernements, on peut faire de la forêt une pièce maîtresse de notre économie à long terme.

Pauline Bélanger, présidente par intérim du Conseil central du Bas-Saint-Laurent
L'industrie forestière commençait à se relever de la crise du milieu des années 2000 à Mont-Laurier.

Selon le président de la Fédération de l'industrie manufacturière, Louis Bégin, l'industrie forestière peut jouer un rôle capital dans une relance économique plus écoresponsable (archives).

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Le président de la Fédération de l'industrie manufacturière, Louis Bégin, est du même avis. Il ajoute que la relance verte souhaitée par le premier ministre Justin Trudeau doit passer par l'industrie forestière.

La forêt est toute désignée pour une relance écoresponsable. C'est une des rares matières premières qu'on peut transformer sur place. On peut avoir une première, une deuxième, une troisième transformation en région. Ça diminue grandement l'empreinte carbone au niveau du transport, soutient M. Bégin.

La forêt est également un formidable puits de carbone. C'est pour ça qu'on dit à Ottawa et à Québec de ne pas négliger l'industrie, de l'inclure dans la démarche. C'est une des richesses du pays.

Louis Bégin, président de la Fédération de l'industrie manufacturière

Toujours selon les données de la CSN, l'industrie forestière pourrait potentiellement fournir jusqu'à 20 % des emplois directs et indirects dans certaines régions, dont l'Est-du-Québec. C'est pour ça que je dis qu'on n'a pas le droit de laisser l'industrie à elle-même. On espère que le ministre [des Forêts, Pierre] Dufour, va sortir de son mutisme, conclut M. Bégin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !