•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plages, piscines, gyms et arénas du Québec pourront rouvrir lundi

Un homme dans un gymnase.

Le centre Pro GYM Serge Moreau, à Montréal, est l'un de ceux qui rouvriront leurs portes lundi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Félix Morrissette-Beaulieu

Les plages publiques et privées du Québec, les piscines, les centres de conditionnement physique et les infrastructures sportives intérieures, comme les arénas, pourront rouvrir à compter de lundi, a annoncé mercredi matin la ministre responsable du sport, Isabelle Charest, en compagnie du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Des mesures de distanciation devront cependant être prises dans les vestiaires, notamment. Les utiliser n’est pas recommandé, mais ce n’est pas interdit, a précisé la ministre, qui appelle les sportifs à se changer et à se doucher à la maison.

Les matchs de sports collectifs pourront également reprendre. Les contacts accidentels et sporadiques ou occasionnels entre joueurs seront acceptés. La ministre Charest a d’ailleurs précisé qu’après plus de 15 minutes, les contacts deviennent problématiques.

Il y a une adaptation qui doit être faite, que ce soit au hockey, au soccer, au handball, au waterpolo, où il faut ajuster un peu les règlements pour faire en sorte qu’il n'y ait pas d’occasion où il y aura plus que 15 minutes où les joueurs seront en contact, explique la ministre.

La ministre Isabelle Charest.

Isabelle Charest a expliqué que le port du masque ne sera pas nécessaire lors des matchs.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Isabelle Charest a notamment souligné que les à-côtés de la pratique sportive importent tout autant que la pratique. Distanciation physique, lavage des mains et étiquette respiratoire doivent être maintenus dans les installations sportives, avant et après les matchs.

Mais au-delà de la pratique du match, c’est tout ce qu’il y a autour du match : comme les joueurs sur le banc ou les spectateurs qui ne sont pas à deux mètres de distance, ou l’entraîneur qui a un contact direct avec les athlètes.

Isabelle Charest, ministre responsable du sport

La ministre a expliqué que ce sont les fédérations et les propriétaires des installations sportives qui seront responsables de l’application des mesures sanitaires.

Par ailleurs, le Dr Horacio Arruda a annoncé la réouverture des lieux de culte à partir du 22 juin. Les mosquées, églises, temples et synagogues pourront accueillir jusqu'à 50 fidèles tout en suivant les consignes de distanciation physique.

Rouvrir avant l’heure?

Au Québec, plusieurs centres d'entraînement physique avaient déjà rouvert leurs portes sans attendre le feu vert de la santé publique.

Pour une deuxième journée de suite, le Mega Fitness Gym, situé dans la ville de Québec, a ouvert ses portes, malgré l’interdiction du gouvernement. Bien que le propriétaire ait reçu la visite des policiers, il n'entend pas fermer ses installations aux clients d'ici le 22 juin.

Je ne pense pas que j’ai été délinquant. À un moment donné, il fallait que ça reprenne, c’était rendu un peu abusif.

Dan Marino, propriétaire du Mega Fitness Gym

Le centre d’entraînement Élite Factor, aussi à Québec, lui a emboîté le pas et a ouvert ses portes mercredi. Le but de l’ouverture était de signaler qu’il y avait de l’incohérence dans les mesures annoncées et que les gyms avaient été oubliés, selon son propriétaire, Pascal Champagne.

Questionnée à ce sujet, Isabelle Charest a rappelé l’importance de suivre les consignes de la santé publique et de respecter le calendrier de déconfinement.

Si tout le monde dicte sa façon d’opérer en fonction de ses besoins, on se retrouve dans une situation qui est ingérable.

Isabelle Charest, ministre responsable du Sport

Et le Dr Arruda de prévenir : Si on ne collabore pas et qu’on se retrouve avec une situation où il y a beaucoup de transmission, il va falloir reculer, revenir en arrière.

Une seconde vague sûre à 95 %, selon Arruda

Il faut se préparer pour la deuxième vague, prévient le directeur national de santé publique. Tout m’indique [que cela va être le cas] : les éléments historiques, le fait que les personnes asymptomatiques peuvent le transmettre et que le virus réapparaît dans les endroits déconfinés.

En Chine, la ville de Pékin s’est reconfinée après l’apparition d’un nouveau foyer d’éclosion dans un marché de gros.

Le Québec a par ailleurs fait état de 117 cas supplémentaires de COVID-19, ce qui porte le total à 54 263, de même que de 29 nouveaux décès, pour un total de 5298.

Il faut qu’on teste plus

Horacio Arruda a par ailleurs reconnu que le dépistage mené par la santé publique n’était pas suffisant. Depuis le 13 juin, le nombre de tests effectués quotidiennement n’a pas dépassé les 7000, ce qui représente la moitié de l’objectif de 14 000 tests par jour qu’il s'était fixé.

Les gens ne sont pas au rendez-vous, a-t-il expliqué. Je suis en train de revoir complètement la stratégie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique