•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artisanes et artisans du Cirque du Soleil réclament leur paie

Une dizaine de personne font la levée d'un petit chapiteau.

Des membres du personnel du Cirque du Soleil ont procédé à une levée de chapiteau symbolique afin de rappeler à l'entreprise qu'elle doit 1,5 million de dollars à plus d'une centaine d'artisanes et artisans.

Photo : Radio-Canada / Catherine Richer

Radio-Canada

Plus d’une centaine de personnes employées par l’entreprise attendent toujours d’être payées pour du travail réalisé avant le début de la pandémie.

Mardi matin au Vieux-Port de Montréal, une trentaine de membres du Regroupement des artisans des arts du cirque (RAAC) du Cirque du Soleil ont revendiqué le paiement des sommes dues en procédant à une levée du chapiteau symbolique.

La date de l’action n’est pas anodine puisqu’elle correspond à la date anniversaire de la fondation du Cirque du Soleil, le 16 juin 1984.

L’un des trois fondateurs du Cirque du Soleil, Gilles Sainte-Croix, était présent afin de soutenir le personnel de l’entreprise

Je connais la majorité des gens qui sont ici. J’ai travaillé avec eux. [Je suis là] par respect. Comme ils passent un moment difficile, je voulais leur signifier que je suis totalement en esprit et en cœur avec eux, a-t-il expliqué.

Gilles Sainte-Croix avait avec lui pour l’occasion des copies d'un billet du tout premier spectacle offert par le Cirque du Soleil.

Gilles Sainte-Croix montre un billet à des journalistes.

Le cofondateur du Cirque du Soleil, Gilles Sainte-Croix, avec une reproduction d'un billet du premier spectacle de l'entreprise.

Photo : Radio-Canada / Catherine Richer

Il en a profité pour souhaiter que l’entreprise qu’il a cofondée se concentre davantage sur le travail créatif.

Il faut que les créateurs sentent l’espace pour créer, que le motif du propriétaire ne soit pas seulement de faire des sous, mais de faire de beaux produits afin de ramener le public.

Gilles Sainte-Croix, cofondateur du Cirque du Soleil

Outre le versement des honoraires impayés, les artisanes et artisans demandent un statut particulier pour tous les artisans, qu’ils soient travailleurs autonomes ou en compagnie afin de les distinguer des fournisseurs conventionnels, indique un communiqué du RAAC.

Le regroupement souhaite enfin que ces deux demandes soient conditionnelles à l’octroi du prêt de 200 millions à l’entreprise par le gouvernement du Québec.

Avec les informations de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Arts de la scène

Arts