•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 20 ans, le viaduc du Souvenir s’écroulait sur l’autoroute 15

Il y a 20 ans, le viaduc du Souvenir en construction s'effondre à Laval

Radio-Canada

Un peu avant 11 h, le matin du 18 juin 2000, un terrible accident survient sur l’autoroute des Laurentides à Laval. Un viaduc en construction s’écroule sur les deux voies de l’autoroute 15. Retour sur cet événement tragique où la négligence a causé la mort d’un homme.

Des poutres qui tombent comme des dominos

C’est horrible. Je suis surprise qu’il n’y ait pas plus de véhicules en dessous.

Résidente de Laval

Au Téléjournal du 18 juin 2000, les journalistes Gilles Sirois et Jean Sawyer sont sur les lieux de l’effondrement du viaduc du Souvenir. Ils sont témoins du travail des secouristes.

Gilbert Vinson, 50 ans, se rendait au Grand Prix en compagnie de deux autres amis. Il est mort sur le coup. Les deux passagers qui l’accompagnaient sont blessés. L’un des hommes souffre de blessures aux jambes et l’autre au thorax.

Personne ne travaillait sur la structure au moment de l’effondrement. Les ouvriers allaient bétonner la dalle dans les jours suivants. Les travaux étaient en cours depuis 6 mois.

Valérie Lessard, une employée de Radio-Canada, circulait par hasard sur l’autoroute 15. Elle a réussi à s’arrêter à quelques mètres de la structure qui s’effondrait. Elle raconte la scène au journaliste Normand Lester :

On a vu les morceaux de bois s’effondrer comme des dominos tout d’un coup et là on a eu le réflexe de freiner et la peur qu’il y ait un carambolage. Très très rapidement après le bois, c’est le béton qui s’est effondré.

Valérie Lessard, journaliste

Sur le chantier, on parle que le béton aurait peut-être été coulé trop rapidement et d’une mauvaise façon.

Le reporter Louis Lemieux explique que la compagnie responsable du chantier, Beaver construction, était en retard sur le projet et était même sous la protection de la loi des faillites. Des pénalités de 25 000 $ par jour lui étaient imposées en raison des retards qui s’accumulaient. La ville de Laval était maître d’œuvre dans ce dossier.

Comprendre les causes de l’effondrement

Au lendemain de l’événement, le coroner qui enquête sur l’accident demande la destruction complète du viaduc du Souvenir. Martine Biron est sur les lieux pour le Téléjournal.

Montréal Ce soir 19 juin 2000

Ingénieurs, experts, entrepreneurs, policiers et ambulanciers ont nettoyé, fouillé, pesé et mesuré autour et sur le viaduc pour tenter de comprendre les causes de l’effondrement.

Il faut comprendre que Dessau-Soprin et Beaver savaient beaucoup de choses. Tous les jours, ils étaient sur le terrain. Pas de commentaires de leur part aujourd’hui.

Martine Biron

Trois ans après l’incident, le rapport de la CSST est accablant. Mélanie Bourgeois raconte les conclusions du rapport au Montréal Ce soir du 16 mai 2003.

Montréal Ce soir, 6 mai 2003

Les conclusions de l’enquête de la CSST sont troublantes. Les moyens utilisés pour maintenir la structure en place pendant la construction étaient insuffisants. L’équilibre de la structure était précaire. L’ouvrage menaçait de s’effondrer depuis 13 jours.

Mélanie Bourgeois

Dès le 5 juin 2000, les appuis temporaires sont enlevés. Une grave erreur. Comme les appuis ne figuraient pas sur les plans de l’ingénieur, il y a eu confusion. Le manque de communication entre les équipes sur le chantier est pointé du doigt.

L’ingénieur fautif est radié pour quatre mois et la compagnie Beaver asphalte fait finalement faillite. Aucune accusation criminelle n’est déposée par le ministère de la Justice.

Des questions qui demeurent sans réponses

Dix ans après l’événement, les faits troublants s’accumulent sur cette tragédie.

Téléjournal, 15 juin 2010

Au Téléjournal du 15 juin 2010, Alain Gravel nous apprend entre autres que Beaver construction avait perdu sa licence en plein chantier où on a recensé quelques 6000 heures de travail au noir et des travailleurs sans cartes de compétence.

Il est mort pour rien, pour absolument rien. À cause de l’incompétence des gens.

Luc Vinson, frère de Gilbert Vinson

Comme l’explique Alain Gravel dans son reportage, plusieurs se demandent pourquoi l’enquête a été confiée à la police de Laval plutôt qu’à la Sûreté du Québec.

Étant donné que c’étaient des travaux qui étaient effectués par la ville de Laval comme maître d’œuvre, moi je crois qu’en toute transparence, ils auraient dû donner ça à un autre corps de police.

Nelson Major Sûreté du Québec

Six ans après l’incident du viaduc du Souvenir, le 30 septembre 2006, le viaduc de la Concorde s’effondre à Laval tuant cinq personnes qui circulaient sur l’autoroute 19.

De nombreuses erreurs dans la conception de l’armature et du béton de piètre qualité ont causé des fissures qui ont progressé durant plusieurs années dans la structure.

Encore une fois, personne n’a été tenu responsable.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Société