•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sans-abri près du parc CRAB forcés de quitter leur nouveau campement

Deux policiers discutent tandis que deux campeurs ramassent leurs biens.

Des policiers participant à l'intervention matinale pour faire respecter une injonction de la cour ordonnant aux campeurs de quitter les terres appartenant à l'Autorité du port de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Les policiers se sont présentés au camp installé par les sans-abri près du parc CRAB vers 6 h ce matin pour y faire respecter l'injonction de la Cour obtenue par l'Autorité du port de Vancouver et obligeant les occupants à quitter les lieux.

Les personnes sans domicile fixe qui s'étaient installées dans le stationnement payant près du parc CRAB, une propriété de l’Autorité du port de Vancouver après avoir été évincés du parc Oppenheimer, avaient déménagé leur village de tentes 20 mètres plus loin lundi pensant pouvoir ainsi échapper à l'injonction de la Cour. Toutefois, le stationnement de gravier où ils d'étaient installé appartient également à l'Autorité du port de Vancouver.

Un groupe de policiers se sont présentés à 6 h, heure avancée du Pacifique, pour contraindre les campeurs de ramasser leurs biens et de partir.

Des policiers s'affairent à démonter une tente.

Les policiers sont arrivés tôt mardi matin, forçant les campeurs à plier bagage rapidement.

Photo : Radio-Canada / Wawmeesh Hamilton/CBC

Un des résidents du village James Low dormait dans sa tente au moment de l’intervention. Ils ont dit que nous devions nous lever et partir. J’ai réveillé mon oncle, et nous sommes partis. Nos possessions matérielles sont toujours là-bas, et je ne pense pas que nous pourrons les récupérer, a-t-il raconté.

Selon lui, le campement du parc CRAB est peut-être démantelé maintenant, mais le problème n’est pas résolu.

Nous n’avons nulle part où aller, donc nous trouverons un endroit où aller, et nous nous y rendrons. Nous sommes sans domicile, mais pas impuissants.

Une citation de :James Low, occupant évincé
Vue panoramique sur le campement près du parc CRAB

Plusieurs dizaines de tentes étaient installées près du parc CRAB mardi matin.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Le 10 juin, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a accordé une injonction à l'Autorité du port de Vancouver donnant trois jours aux sans-abri qui se trouvaient sur un de ses stationnements pour libérer les lieux. Cet ordre de la cour est en vigueur pour 15 jours.

Amandeep Singh, l'avocat qui représente les campeurs, a prévenu que l'injonction pourrait également s'appliquer au stationnement où ils se sont déplacés lundi. La carte fournie à la cour durant le processus d’injonction montre qu’elle couvre aussi le terrain où ils étaient installés ce matin, affirme l’avocat.

Elizabeth Ramsden, une infirmière de la communauté, déplore qu’il n’y ait pas eu d’avertissement avant l’intervention de la police, ni d’aide pour les sans-abri sur les lieux.

C’est, je pense, odieux, a-t-elle commenté. Je suis sans voix que, durant une pandémie, ce soit la réponse que les gens veulent employer. Nous avons du personnel de santé [ici], nous avons des services alimentaires en tout temps, et vous voulez anéantir tout ça sans avertissement et sans plan de réinstallation?

Elle a soutenu que c’est important pour ces gens de recevoir le soutien dont ils ont besoin, mais personne ne fait ce travail parce que c’est jugé comme un espace dangereux. C’est un espace organisé par la communauté, a-t-elle dit.

Selon les informations d’Yvette Brend et Wawmeesh Hamilton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !