•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manoir Liverpool pourrait perdre son permis

Les résidents pourraient être évacués et relogés si les correctifs ne sont pas apportés avant le 20 juin.

L'extérieur de l'établissement pour personnes aînées, le Manoir Liverpool, en été. On y voit des voitures stationnées et des personnes qui en sortent.

Le Manoir Liverpool à Lévis

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Alors qu’une enquête est en cours sur les soins et les services offerts au Manoir Liverpool à Lévis, le certificat de conformité de la résidence privée pour aînés pourrait bientôt être révoqué. Radio-Canada a obtenu la lettre dans laquelle le CISSS de Chaudière-Appalaches fait part de ses intentions aux propriétaires.

Dans ce préavis de révocation du certificat de conformité, daté du 10 juin, le réseau régional de santé publique fait état de plusieurs situations inacceptables survenues au cours des dernières semaines au Manoir Liverpool.

Plusieurs résidents ont notamment été laissés sans surveillance le 3 juin, aux trois étages de la résidence, pendant une réunion de l’ensemble du personnel.

La résidence n’a pas pris les moyens nécessaires pour assurer la surveillance, la santé et la sécurité des résidents durant la durée de cette réunion.

Extrait de la lettre

Au cours de cette période, une personne infectée par la COVID-19 est parvenue à circuler dans les corridors et à s’introduire dans la chambre d’une autre résidente, note la missive.

À deux reprises au cours des dernières semaines, le CISSS de Chaudière-Appalaches a aussi constaté que des produits dangereux étaient toujours accessibles, malgré les demandes de correctifs.

Vous avez créé une situation à risque pour la santé et la sécurité des résidents du Manoir Liverpool.

Extrait de la lettre
François Legault, devant un lutrin, donne une conférence de presse dans une salle avec de grandes fenêtres. Samuel Poulin est derrière lui, à sa droite.

Le premier ministre François Legault lors d'une conférence de presse en Beauce mardi après-midi. Il est accompagné du député de Beauce-Sud, Samuel Poulin.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

En visite dans la région de Chaudière-Appalaches mardi, le premier ministre François Legault a confirmé que le Manoir Liverpool doit corriger des lacunes.

On a demandé dix jours [en date du 10 juin] pour corriger les lacunes, et une enquête administrative est en cours. On ne peut pas exclure à ce moment-ci que les permis et que les patients seront retirés, mais on va attendre le résultat de l’étude, a-t-il affirmé lors d’un point de presse.

Mardi après-midi, le propriétaire Claude Talbot a décliné la demande d'entrevue, indiquant qu'il souhaite respecter l'enquête qui est en cours.

Par ailleurs, il est sans conteste que nous respecterons tous les délais requis par la loi, a-t-il ajouté.

Enquête toujours en cours

Ce développement survient un mois et demi après que le CISSSa déclenché une enquête concernant le Manoir Liverpool et deux autres résidences privées appartenant à M. Talbot et Mme Belleau, soit la Villa des Etchemins et la Villa Bellevue.

Cette enquête découle elle-même des révélations de Radio-Canada au sujet des lacunes dans les soins et les services offerts au Manoir Liverpool depuis son ouverture, en 2014.

En prenant connaissance de ces allégations, à la fin d'avril, le CISSS de Chaudière-Appalaches s'était dit troublé, car il confie des patients à ces résidences en vertu de plusieurs contrats.

Uniquement depuis 2017, le CISSS de Chaudière-Appalaches a en effet versé près de 15 millions de dollars au Manoir Liverpool et à la Villa Bellevue pour la prise en charge de nombreuses personnes en convalescence ou en ressource intermédiaire.

Une autre tuile

Le spectre d'une révocation de permis pour le Manoir Liverpool est cependant une nouvelle tuile qui s'abat sur la tête de l'un des copropriétaires, Claude Talbot.

Mardi, Radio-Canada révélait que les problèmes de gestion de l'homme d'affaires sont connus depuis plus de 15 ans et qu'ils ont persisté au fil des années.

En 2005, le réseau de la santé avait enquêté sur deux autres de ses établissements : le Foyer Sainte-Bernadette à Rimouski, qui avait d'ailleurs dû fermer après l'enquête, et le Pavillon Bellevue à Lévis, qui est encore ouvert aujourd'hui.

Quatre lieux d'hébergement pour aînés situés dans la région de Chaudière-Appalaches.

Claude Talbot est propriétaire du CHSLD Pavillon Bellevue et copropriétaire de trois résidences privées pour aînés : le Manoir Liverpool, la Villa Bellevue et la Villa des Etchemins.

Photo : Radio-Canada

Même si les enquêtes étaient indépendantes, les rapports avaient dégagé des conclusions semblables : manque de matériel adéquat pour les résidents et le personnel, fournisseurs payés en retard, climat de travail à améliorer, etc.

Les équipes d'enquête n'avaient pas relevé de maltraitance, mais elles craignaient que la logique du moindre coût du propriétaire finisse par avoir des conséquences sur les résidents.

Situation préoccupante

Ayant pris connaissance des allégations contenues dans le reportage, la présidente du Comité des usagers du Pavillon Bellevue, Céline Le May, souligne que les résidents de l'établissement sont bien traités.

Elle juge néanmoins la situation préoccupante à certains égards. La résistance que M. Talbot à faire un certain nombre d'investissements peut avoir un impact sur la qualité de vie des usagers, c'est certainement une préoccupation, indique Mme Le May.

Est-ce que toutes les mesures ont été prises, par exemple d'un point de vue de la gestion budgétaire, pour s'assurer que les personnes qui sont hébergées ont tout ce à quoi elles ont droit, d'un point de vue de la santé et de la sécurité?

Céline Le May

Mme Le May assure que le Comité des usagers du Pavillon Bellevue fera un suivi avec la direction de l'établissement, mais demeure persuadée que la situation est fort différente de celle qui concerne les autres résidences de M. Talbot, à commencer par le Manoir Liverpool.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Établissement de santé