•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Livres : Être femme, selon Candace Bushnell et Cho Nam-Joo

Deux livres évoquant divers aspects de la condition féminine sont au menu cette semaine!

Deux livres évoquant divers aspects de la condition féminine sont au menu cette semaine!

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Cette semaine, les écrivaines américaine et coréenne, Candace Bushnell et Cho Nam-Joo, nous présentent chacune leur vision de l'existence féminine.


Kim Jiyoung, née en 1982 (Nil)
Cho Nam-Joo


Il y a quelque chose d'implacable dans le récit de l'écrivaine coréenne Cho Nam-Joo.

Kim Jiyoung, née en 1982 raconte la vie d'une femme en Corée du Sud.

De sa naissance à son effondrement, on découvre la trajectoire de cette héroïne qui croyait au départ être en mesure de faire des choix

Elle apprit aussi que dès les premiers mois ses collègues hommes avaient un salaire supérieur à celui des femmes. (...) Selon les chiffres de 2014, pour un salaire masculin de un million de wons, le salaire féminin moyen OCDE s'établit à 884 000 wons, contre 630 000 wons en Corée.

Extrait du livre « Kim Jiyoug, née en 1982 »

Ce roman est en fait un prétexte pour parler des inégalités entre les hommes et les femmes.

Mariant fiction et journalisme, on y apprend plein de choses sur la société coréenne. On y réfléchit également à sa propre société... Vendu à un million d'exemplaires en Asie, ce roman est franchement intéressant et tout autant révoltant.


No sex in the City? (Albin Michel)
Candace Bushnell


Vingt ans après Sex and the city , Candace Busnell, l’auteure du légendaire roman revient avec la version femmes dans la cinquantaine!

Candace, Marilyn, Kitty et Ess sont de retour à la case départ : le célibat. Comment aborder cet état, passé 50 ans? Est-ce que l'amour est toujours possible? Est-il nécessaire? Quand est-il de la crise de la cinquantaine? Voici les questions que pose No sex in the city?

Alors nous avons repris des habitudes qui dataient de bien des années plus tôt, avant les époux et les enfants, avant les carrières accaparantes et les cœurs brisés de toutes les façons possibles : nous nous sommes réunies pour réfléchir à la suite des événements.

Extrait du livre No sex in the city?

Candace Bushnell aborde à nouveau, sans tabou, les problèmes rencontrés par les femmes qui se retrouvent sur le marché de l'amour , seulement, cette fois, elles sont un peu plus âgées. No sex in the city? retrouve le ton Carrie Bradshaw, l'alter ego de l'écrivaine.

On est ici en pleine autofiction, et Candace, l’héroïne du roman, étudie toutes les nouvelles réalités auxquelles sont confrontées les nouvelles célibataires. Tout y passe : Tinder, les divers types d’homme disponibles, la crise de la cinquantaine, les disparités entre les hommes et les femmes...

Franchement, le contenu du livre est assez banal et ne mériterait pas qu'on s'y arrête si ce n'était du dernier tiers du roman qui nous réconcilie un peu avec Mme Bushnell.

Tout à coup, on sort des banalités pour véritablement en venir au vif du sujet, la grande solitude des êtres humains dont le meilleur remède est sans doute l'amitié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !