•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion aux Jardins du Haut Saint-Laurent : le CHSLD manque d'infirmières

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Affiche du CHSLD Les Jardins du Haut-Saint-Laurent

Le reportage de Marie Maude Pontbriand

Photo : Radio-Canada

Aux prises avec une éclosion de COVID-19, le CHSLD privé Les Jardins du Haut Saint-Laurent fait face à un manque criant d'employés. À l'approche des vacances estivales, au moins 10 postes d'infirmières et autant d'infirmières auxiliaires sont à combler.

Plus de 150 personnes, dont une majorité d'employés, ont contracté la COVID-19 à la résidence pour aînés Les Jardins du Haut Saint-Laurent depuis le 21 mai, jour où le CHSLD est devenu le 14e foyer d'éclosion dans la région de la Capitale-Nationale.

Au moins 25 résidents ont succombé au virus alors qu'une quarantaine d'autres luttent toujours contre la maladie. La bonne nouvelle, c'est que sept personnes âgées qui habitent la résidence sont maintenant guéries et que d'autres sont en voie de l'être, affirme la directrice générale Nathalie Côté.

La mauvaise nouvelle, c'est que l'éclosion n'est pas encore réglée et que l'établissement fait face à une pénurie d'employés.

Bon nombre sont toujours en isolement à cause du virus, et ceux qui font des heures supplémentaires pour répondre à la demande commencent à être exténués. Ils attendent avec impatience leurs vacances d'été, le moment de recharger leur batterie.

Nathalie Côté debout devant un micro, avec un chandail noir et un collier fin en argent regarde quelqu'un avec un air neutre. Elle est dehors, c'est l'été.

La directrice générale du CHSLD privé non conventionné Les Jardins du Haut Saint-Laurent, Nathalie Côté

Photo : Radio-Canada

L'enjeu qu'on a encore, c'est vraiment le recrutement de nos infirmières et des infirmières auxiliaires, souligne la directrice générale.

Au total, l'établissement aurait besoin d'une vingtaine d'infirmières et infirmières auxiliaires à temps plein pour répondre aux besoins de sa clientèle.

Il faut donner du repos aux employés qui font des heures supplémentaires, parce qu'ils ne peuvent pas continuer à un rythme effréné comme ça tout l'été.

Nathalie Côté, directrice générale, Les Jardins du Haut Saint-Laurent

Le hic, c'est que tous ses efforts de recrutement restent sans réponse des infirmières. On demande, on fait des annonces partout sur Facebook sur notre site [...] au niveau des préposés, on a eu des belles réponses. Au niveau des infirmières, on attend encore.

Pénurie d’infirmières au CIUSSS aussi

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a envoyé 140 employés en renfort depuis l'arrivée de la COVID dans l'établissement de Saint-Augustin-de-Desmaures. Ils resteront aussi longtemps que nécessaire, affirme le directement de santé publique de la région, le Dr François Desbiens.

Il espère toutefois récupérer son personnel dans les prochaines semaines afin de répondre aux besoins des CHSLD conventionnés.

Dans le CIUSSS, il y a aussi des postes d'infirmiers et d'infirmières qui ne sont pas dotés, c'est vraiment une pénurie importante de main-d'oeuvre pour ces deux types d'emplois là. Les directions de ressources humaines doivent faire preuve de beaucoup d'imagination , affirme le directeur de santé publique.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale est à la recherche d'environ cent infirmières et d'une soixantaine d’infirmières auxiliaires pour travailler dans ses différents milieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !