•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois resteront près de la maison cet été

Des touristes sont assis sur une plage de galets. À l'arrière-plan, on voit le rocher Percé et un bâtiment patrimonial sur une colline.

Les Québécois voyageront plus que jamais au Québec cet été.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Vous avez l’intention de revisiter la Gaspésie de votre enfance cet été? Sage décision, mais vous devrez faire preuve de patience sur la route 132, car de nombreux vacanciers québécois ont exactement la même idée que vous.

C’est que les Québécois resteront plus que jamais au Québec au cours de la période estivale. Le contexte de la COVID-19 n’y est pas étranger, selon un sondage de CAA-Québec publié mardi matin.

Près de 8 vacanciers sur 10 (79 %) ont signifié leur intention de rester dans la province cet été, une forte hausse par rapport à 2019 (59 %). Seulement 11 % des vacanciers ont pour leur part l’intention de traverser les frontières d’ici octobre.

Du monde sur les routes

Ces chiffres laissent présager beaucoup de circulation sur les routes du Québec. Environ 85 % des voyageurs québécois ont l’intention de profiter de leur séjour au moyen de leur voiture ou de leur véhicule récréatif (VR) contre 73 % en 2019.

Une longue file de véhicules derrière le bon vieux VR qui a de la difficulté à monter une pente, voilà le genre de situation qui risque donc de se produire souvent aux quatre coins du Québec cet été.

Une file de voitures en attente sur la route 132 à Notre-Dame-des-Neiges.

Une file de voitures sur la route 132

Photo : Radio-Canada

Beaucoup moins de vacanciers

Seulement un travailleur québécois sur deux prendra toutefois ses vacances cet été. Une forte baisse comparativement à l’année dernière, alors que 74 % des répondants au même sondage avaient signifié leur intention de prendre congé à l’été.

L'an passé, trois personnes sur quatre ont dit : "Oui, je vais m'accorder un moment de repos bien mérité cet été". Mais là, c'est pas mal moins cette année. Il y a encore beaucoup d'indécis, un 20 %, qui nous disent, j'hésite encore dans mes plans de vacances, commente le porte-parole de CAA-Québec, Pierre-Olivier Fortin.

Un homme rénove le toit d'une maison.

Davantage de Québécois dépenseront dans les rénovations.

Photo : getty images/istockphoto / brizmaker

Des vacanciers moins dépensiers

Parmi les vacanciers, 31 % resteront sagement à la maison. C’est plus du double par rapport à 2019 (15 %). La COVID-19 a chamboulé les plans de bon nombre d’entre eux.

48 % des gens ont dû reporter ou annuler un voyage qui était prévu et 37 % ne savent pas trop ce qui sera possible de faire cet été, souligne M. Fortin.

On est là pour répondre. Qu’est-ce qu'on peut faire cet été et aussi comment l'industrie du voyage est en train de changer?

Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec

Devant l’incertitude, de nombreux Québécois ont décidé de dépenser moins ou d’investir leur argent dans leur résidence au cours des prochains mois.

Depuis le début du confinement, les gens dépensent moins. Par contre, visite de parents cet été, la randonnée, le camping, les rénovations, le vélo : il y a 26 % des gens qui disent qu'ils vont transférer leur budget de vacances vers autre chose, notamment dans les rénos, explique Pierre-Olivier Fortin.

Si on ne peut pas dépenser pour l'avion, on dépense pour la maison.

Pierre-Olivier Fortin, porte-parole de CAA-Québec
Le parc national de la Jacques-Cartier.

Plus de Québécois pourraient décider de faire des randonnées dans le parc national de la Jacques-Cartier.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Des vacances plus tardives

Autre constat, plusieurs Québécois prendront leur congé bien mérité plus tardivement cette année, bien après les vacances de la construction.

Les gens décident de prendre leurs vacances plus tard cet été. Environ 55 %, soit plus de la moitié, décident de prendre leurs vacances au mois d'août ou en septembre.

Le sondage a été mené par Internet auprès 1000 répondants entre le 19 et le 23 mai 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !