•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Prestation canadienne d'urgence prolongée de 8 semaines

Il confirme aussi que la frontière canado-américaine restera fermée jusqu’au 21 juillet.

Le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Ottawa va prolonger la période d’admissibilité pour la Prestation canadienne d’urgence (PCU) de huit semaines, a annoncé mardi le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Ça veut dire que si vous touchez la PCU et que vous ne pouvez pas retourner travailler – parce que vous n’arrivez pas à trouver du travail ou que ce n’est pas possible en ce moment – vous allez continuer de recevoir votre 2000 $ par mois , a-t-il précisé.

La PCU permet à des Canadiens qui doivent rester à la maison sans salaire en raison de la COVID-19 de toucher 2000 $ par période de quatre semaines. Ils ne pouvaient toutefois la recevoir que pour 16 semaines jusqu'ici, même si M. Trudeau avait clairement indiqué lundi qu'une prolongation était dans les cartons.

De nombreux Canadiens qui ont arrêté de travailler à la mi-mars et qui ne peuvent toujours pas reprendre le travail venaient d'entreprendre leur dernière période d'admissibilité, qui s'étend du 7 juin au 4 juillet. Ils craignaient que ces paiements ne cessent avant qu'ils aient pu réintégrer leur emploi.

L'annonce d'aujourd'hui signifie concrètement que ces derniers pourront continuer de percevoir la PCU pour les périodes allant du 5 juillet au 1er août, et du 2 au 29 août.

Il y a des millions de gens qui voudraient reprendre le travail sans pouvoir le faire parce que les emplois ne sont tout simplement pas là encore. [Ils] ont besoin d'être appuyés, et c'est pour ça qu'on va prolonger la PCU pendant encore huit semaines.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau a par ailleurs assuré que son gouvernement s'inspire des meilleures pratiques en vigueur à l'étranger, ainsi que la situation économique et la progression du coronavirus pour déterminer si d'autres modifications doivent être apportées au programme.

Il a dit vouloir s'assurer que tous les programmes de soutien [gouvernementaux], incluant la Subvention salariale d'urgence et l'assurance-emploi, se complètent pour aider les Canadiens à se remettre sur pied.

Le premier ministre a cependant déploré que cette prolongation se fasse par voie réglementaire, plutôt qu'en vertu du projet de loi C-17. Cela aurait permis d'assortir la prolongation de mesures visant à s'assurer que les bénéficiaires de la PCU cherchent bel et bien du travail.

À l'intérieur du projet de loi, il y avait un renforcement de l'attestation qui obligeait les gens à vraiment chercher du travail. C'était quelque chose qu'on avait besoin de faire par le projet de loi, a-t-il reconnu.

Vote de confiance : le gouvernement Trudeau aura l'appui du NPD

L'annonce de la prolongation de la PCU a pour effet de faire baisser la tension à l'approche d'un vote sur les crédits budgétaires, qui aura lieu mercredi après-midi à la Chambre des communes.

Lundi encore, la perspective que le gouvernement Trudeau, minoritaire au Parlement, soit défait lors de ce vote de confiance semblait bien réelle. En cas de défaite, de nouvelles élections auraient été déclenchées.

Or, le Nouveau Parti démocratique a confirmé à La Presse canadienne qu'il appuiera le gouvernement, maintenant que la PCU a officiellement été prolongée.

C'est ce que nous demandions, nous sommes encouragés par ce que le premier ministre a annoncé ce matin, mais nous continuerons à le pousser à faire en sorte que les familles qui ont besoin d'aide puissent en bénéficier.

Jagmeet Singh, chef du NPD, dans une déclaration écrite

En début de journée, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, avait détaillé les propositions de son parti à l'aune desquelles il entendait décider de son appui au gouvernement.

Il réclamait notamment une autre somme d'urgence de 500 millions de dollars pour aider les systèmes de santé des provinces, un deuxième chèque d'aide pour les aînés et des compensations pour les producteurs laitiers.

L'appui du NPD au gouvernement pour le vote de mercredi libère cependant le gouvernement de l'obligation de négocier à ce sujet.

M. Blanchet semblait avoir anticipé la manoeuvre. En conférence de presse, avant l'annonce du premier ministre Trudeau, il avait tancé le NPD pour son attitude jugée servile à l'endroit du gouvernement.

Depuis deux semaines, a-t-il attaqué, le NPD accepte n'importe quoi, ce qui n'est pas de nature à inciter le gouvernement à discuter bien longtemps avec les partis d'opposition.

La fermeture de la frontière canado-américaine prolongée

M. Trudeau a aussi confirmé lors de son point de presse quotidien que la frontière canado-américaine restera fermée pour 30 jours de plus, soit jusqu’au 21 juillet.

C’est une décision qui va protéger les gens des deux côtés de la frontière, alors qu’on continue de lutter contre la COVID-19, a-t-il fait valoir.

La fermeture de la frontière empêche les citoyens des deux pays de la traverser pour faire du tourisme. Cela ne concerne pas le commerce des biens essentiels, qui demeure permis.

Washington et Mexico ont annoncé pratiquement au même moment que leur frontière commune restera aussi fermée jusqu'au 21 juillet.

M. Trudeau a également brièvement commenté le dossier des boîtes noires du vol PS 752 d'Ukraine International Airlines, abattu par l'Iran en janvier dernier, tuant 176 personnes à bord. Les boîtes noires sont censées être envoyées en France bientôt, mais l'Iran est en train d'expliquer qu'à cause de la COVID, il n'arrive pas à le faire, a-t-il affirmé.

On continue de mettre de la pression, parce qu'on sait qu'on a besoin de réponses, on sait qu'on a besoin de justice pour les familles qui ont perdu leurs êtres chers et on va continuer de travailler là-dessus.

Dans un autre dossier, le premier ministre a aussi évoqué l'idée d’offrir une voie vers la citoyenneté aux travailleurs étrangers temporaires qui viennent aider des agriculteurs du pays à récolter leur production.

Agir de la sorte permettrait à ces travailleurs, souvent mexicains, d’obtenir plus de droits au Canada.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique