•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un stéroïde réduirait d'un tiers la mortalité chez les patients gravement atteints

Des infirmières soignent un patient aux soins intensifs.

Des infirmières soignent un patient aux soins intensifs.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un médicament de la famille des stéroïdes, la dexaméthasone, réduit d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par la COVID-19, selon les premiers résultats d'un vaste essai clinique annoncés mardi.

Le Royaume-Uni va utiliser dès aujourd'hui la dexaméthasone pour traiter le virus.

La dexaméthasone est le premier médicament dont on observe qu'il améliore la survie en cas de COVID-19, ont indiqué dans un communiqué les responsables du vaste essai britannique Recovery, selon qui un décès sur huit pourrait être évité grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle.

Les résultats de cet essai clinique randomisé, piloté par le Dr Peter Horby de l’Université d’Oxford, seront publiés bientôt dans une revue scientifique.

Après cette annonce, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué une percée scientifique.

C'est une bonne nouvelle et je félicite le gouvernement britannique, l'Université d'Oxford et les nombreux hôpitaux et patients au Royaume-Uni qui ont contribué à cette percée scientifique qui sauve des vies, a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

Les chercheurs ont partagé les premières informations sur les résultats de l'essai avec l'OMS, et nous espérons vivement connaître l'analyse complète des données dans les prochains jours, est-il indiqué dans le communiqué.

L’organisation onusienne a précisé qu'elle allait conduire une méta-analyse de ces recherches dans le but d'actualiser ses directives pour refléter comment et quand le médicament devrait être utilisé contre la maladie.

Avertissement

L’article que vous lisez repose sur des données qui n'ont pas encore été publiées dans une revue scientifique. Ces informations sont basées sur des résultats qui n’ont pas été révisés par d’autres scientifiques et qui pourraient se révéler erronés, incomplets, mal interprétés ou ultimement non reproductibles.

L'étude

L’équipe a donné le médicament au hasard à 2104 patients et a comparé leur réaction à celle de 4321 autres patients ne recevant que les soins habituels.

La dexaméthasone a été administrée soit par voie orale, soit par intraveineuse. Elle a permis de réduire le nombre de décès de 35 % chez les patients qui étaient sous respirateur et de 20 % chez ceux qui n'avaient besoin que d'un supplément d'oxygène.

La vaste majorité des personnes qui développent la COVID-19 présentent des symptômes qui ne nécessitent pas d’hospitalisation.

Celles qui doivent être hospitalisées se remettent habituellement sans conséquence. Toutefois, certaines d’entre elles doivent recevoir de l’oxygène ou une ventilation mécanique. Ce sont ces personnes qui bénéficient d’un traitement avec le stéroïde.

La dexaméthasone ne semblait pas aider les patients dont les symptômes étaient moins graves.

Ce résultat est extrêmement bienvenu.

Peter Horby, Université d'Oxford

Le bénéfice en matière de survie est clair et important chez les patients qui sont suffisamment malades pour nécessiter un traitement à l'oxygène, de sorte que la dexaméthasone devrait maintenant devenir la norme de soins chez ces patients, ajoute le Dr Horby.

Le médicament est déjà utilisé pour réduire l'inflammation pour une série d'autres maladies, notamment contre certains cas d'oedèmes maculaires. Il ne combat pas directement la COVID-19, mais permet plutôt de réduire l'inflammation causée par le dérèglement du système immunitaire du patient qui lutte contre la maladie.

En outre, ce médicament est peu coûteux et disponible maintenant, et peut donc être utilisé immédiatement pour sauver des vies dans le monde entier.

Le médicament est commercialisé sous le nom Decadron au Canada.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !