•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple noir affirme avoir été violenté par la police à l'extérieur d'un hôpital

Gros plan du visage de Livingston Jeffers enflé autour d'un oeil.

Livingston Jeffers dit avoir été frappé au visage par un policier en 2018 à l'extérieur de l'Hôpital Lakeridge Health d'Ajax.

Photo : Photo fournie par la famille Jeffers

Radio-Canada

Un couple d'aînés noirs dit avoir été victime de brutalité policière lors d'une visite à l'Hôpital Lakeridge Health d'Ajax en 2018.

Livingston Jeffers et son épouse, Pamelia, affirment aussi que les agents et le personnel de l'hôpital ont menacé un témoin qui avait filmé la scène.

La famille a déposé une poursuite de 1,6 million de dollars contre Lakeridge Health et le service policier de Durham.

Selon les plaignants, tout a commencé le 30 octobre 2018, lorsque M. Jeffers a accompagné sa femme à l'hôpital à la suite de vomissements et d'épisodes d'insomnie.

Un docteur aurait dit au couple qu'il pouvait retourner à la maison pour la nuit et revenir le lendemain, pendant que l'un de ses collègues remplissait un formulaire d'hospitalisation pour une évaluation de la santé mentale de Mme Jeffers.

La vidéo d'une caméra de surveillance de l'hôpital montre une infirmière en train de suivre l'homme de 70 ans et la femme de 69 ans à l'extérieur de l'établissement, accompagnée d'un agent de sécurité, pour qu'ils reviennent à l'intérieur.

Puis deux policiers arrivent sur les lieux et s'ensuit une échauffourée captée par le téléphone d'un passant dans une deuxième vidéo :

L'aîné crie « au meurtre (murder) », alors que son épouse essaie d'empêcher les policiers de la ramener à l'intérieur de l'hôpital.

L'agent de sécurité de l'établissement crie au témoin d'arrêter de filmer au nom de la protection de la vie privée des patients.

Ce témoin, Corey Rainford, a raconté lors d'un point de presse de la famille Jeffers, lundi, qu'un policier et une infirmière l'avaient ensuite menacé d'arrestation s'il n'effaçait pas la vidéo devant eux.

Apeuré, il a acquiescé, mais il avait déjà partagé la vidéo avec le petit-fils du couple d'aînés, Trequan Jeffers, qui était arrivé à l'hôpital quelques minutes plus tôt pour s'enquérir du sort de ses grands-parents.

De voir ses grands-parents arrêtés et menottés, [mon grand-père] avec des blessures à la tête, des ecchymoses, du sang, inconscient. Il faut que ça arrête, il faut vraiment que ça arrête. Il faut que justice soit faite pour mes grands-parents.

Une citation de :Trequan Jeffers, petit-fils des plaignants

Les deux policiers blanchis

Selon le rapport publié en mai dernier par le Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police (BDIEP), les deux agents n'ont pas fait un usage excessif de la force.

Le rapport note que M. Jeffers a tenté de s'emparer de l'arme à feu de l'un des deux policiers, selon l'enregistrement audio de la caméra d'intervention de l'un des agents. On peut entendre le policier avertir alors son partenaire, qui frappe l'aîné à la tête.

Une infirmière a aussi affirmé avoir été témoin de la scène.

L'avocat des plaignants dit ne pas avoir eu accès pour l'instant à cette vidéo. La Police régionale de Durham refuse de la dévoiler aux médias.

Le corps policier ne veut pas commenter l'affaire à cause de la poursuite déposée par la famille.

L'Hôpital Lakeridge Health affirme, de son côté, ne pas pouvoir commenter, en raison de la protection de la vie privée des patients, mais assure fournir d'excellents soins à ses patients.

L'avocat de la famille Jeffers, Faisal Kutty, émet des doutes sur l'enquête du BDIEP et demande une réévaluation du cas, soulignant que le témoin Corey Rainford n'a pas été interrogé. L'enquêteur a protégé les policiers, il ne cherchait pas véritablement la vérité, dit-il.

Me Kutty affirme que ses clients ont été victimes de racisme systémique et des préjudices des policiers, qui les ont traités comme une menace plutôt que des personnes qui avaient besoin d'aide.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !