•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gymnase délinquant reçoit la visite des policiers

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une quinzaine de clients ont profité de l'ouverture du Mega Fitness Gym de Québec, mardi matin, malgré l'interdiction de la Santé publique.

Le reportage de Marc-Antoine Lavoie

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Félix Morrissette-Beaulieu

Malgré l'interdiction de la santé publique, le Mega Fitness Gym de Québec a ouvert ses portes mardi matin dans « l'espoir d’éviter la faillite ». Les policiers sont intervenus.

Le propriétaire, Dan Marino, affirme que ses clients avaient hâte de revenir. Il fait aussi remarquer qu'il est sans revenu depuis trois mois.

Par contre, le Service de police de Québec (SPVQ) est intervenu à l'établissement de l'avenue Saint-Jean-Baptiste après une plainte d'un citoyen en fin d'avant-midi, mardi.

On a demandé au propriétaire de fermer ses portes à la clientèle. Il a refusé, explique Étienne Doyon, porte-parole du SPVQ.

Puisque personne n’était en danger imminent, selon M. Doyon, les policiers n’ont pas forcé la fermeture du commerce.

Aucun constat d'infraction n'a été remis, mais le dossier a été transféré au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Des contraventions d'un montant allant entre 1000 et 6000 $ pourraient être remises prochainement au propriétaire, selon le policier.

Le propriétaire entend contester les contraventions s'il en reçoit.

Personne ne peut m’empêcher de gagner ma vie normalement. Toutes les multinationales sont ouvertes. C’est bondé de monde. Ici, je dois avoir 15 personnes. Pourquoi je serais dangereux et je mettrais mes clients en danger? C’est ridicule, croit le propriétaire.

Ils sont tannés d’être à la maison, confinés. J’ai ouvert le gym à l’extérieur, il y a une semaine. Les témoignages que j’ai eus de pouvoir s’entraîner, c’est plus que des gros bras.

Dan Marino, propriétaire, Mega Fitness Gym

Respect des consignes

Selon les dires de M. Marino, son gym est en mesure de respecter les mesures d'hygiène, comme la plupart des salles d'entraînement.

Présentement, on est ignoré par le gouvernement. On nous traite comme des nids à virus. Je suis ouvert depuis 25 ans, des bouteilles de désinfectant, j’en ai depuis que j’ai ouvert, déplore-t-il.

Chaque appareil est désinfecté après chaque utilisation.

Chaque appareil est désinfecté après chaque utilisation.

Photo : Radio-Canada

Son commerce est ouvert de 5 h30 à 22 h. Il accepte une quinzaine de personnes à la fois, soit une personne pour une surface de 23 mètres carrés. Les douches sont également fermées.

Pour avoir magasiné à plusieurs places, c’est probablement la place [le gym] où tout le monde respecte les consignes, témoigne Gabriel Fortier, un client, lors de sa sortie du centre d’entraînement.

Toutes les machines sont désinfectées. Chaque machine à sa bouteille attitrée. J’espère que tous les gyms vont pouvoir ouvrir, conclut-il.

Le gouvernement n'a toujours pas décidé la date pour la réouverture des gymnases privés. En entrevue mardi matin sur les ondes d'ICI Première, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a indiqué qu'une annonce viendrait au début du mois prochain.

Avec les informations de Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !