•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévenir la contagion en foyer de soins : les limites de la conception architecturale

Une soignante accompagne une cliente qui se déplace avec une marchette.

La conception des foyers de soins soulève des questions en cette pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

La conception des foyers de soins soulève des questions en cette pandémie de COVID-19 parce que des chambres communes et l’ancien modèle du foyer Northwood, à Halifax ont contribué à propager la maladie dans l’établissement.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Mais des intervenants en ce domaine rappellent qu’il ne s’agit là que d’un facteur parmi plusieurs autres dont il faut tenir compte pour protéger les résidents. Ils croient aussi que la province manque de moyens pour rénover les anciens foyers de soins.

Quand il s’agit de rénover un ancien foyer de soins pour qu’il soit à la hauteur des normes modernes, cela peut être très, très difficile, souligne le PDG de la firme d’architectes Nycum and Associates, Benjie Nycum.

La firme Nycum travaille dans le domaine de la conception de foyers de soins depuis plus de 40 ans. Elle a contribué à mettre au point et à tester les normes en vigueur à l’heure actuelle dans la province.

Benjie Nycum interviewé le long d'une rue bordée de maisons anciennes

Benjie Nycum dirige la firme d'architectes Nycum and Associates qui travaille dans le domaine de la conception de foyers de soins depuis plus de 40 ans.

Photo : CBC/Dave Laughlin

Les normes de la conception des foyers de soins ont subi une importante révision en 2007 et une mise à jour en 2019. On a abandonné en 2007 le concept de longs couloirs et de chambres partagées.

Dans les foyers modernes, chaque résident a sa propre chambre avec salle de bain. Les chambres sont groupées par sections autour des salles communes qui servent aux repas ou aux activités sociales.

Selon ce concept, chaque section de chambres compte de 12 à 24 résidents. Les employés n’ont pas à traverser une section pour se rendre à une autre.

Le personnel du foyer de soins Magnolia à Enfield croit que la conception du bâtiment a facilité la lutte contre la contagion. L'établissement était l’un des premiers du genre touchés par la COVID-19 en Nouvelle-Écosse.

La maladie a été confirmée chez l’un de ses employés le 29 mars, puis chez un autre employé le 15 avril, mais cette éclosion s’est terminée le 15 mai. La COVID-19 aura touché en tout trois employés et deux résidents de Magnolia.

Le bâtiment a été construit en 2011. Il compte 70 chambres, toutes privées et comprenant chacune une salle de bain.Chaque section de chambres compte son propre personnel, ce qui a certainement contribué à limiter la contagion, souligne la responsable des communications, Tracey Tulloch.

La direction de Magnolia a imposé le port du masque à tout le personnel dès l’apparition du premier cas le 29 mars, précise Mme Tulloch.

Le ministère de la Santé a donné cette même directive deux semaines plus tard. Les autorités provinciales ont aidé l’établissement à obtenir des masques quand ces derniers se faisaient rares. Tracey Tulloch croit que cela a aussi contribué à limiter la contagion.

Tracey Tulloch, souriante, assise à un bureau

La conception du foyer de soins Magnolia, où chaque résident a sa propre chambre, a contribué à limiter la contagion, selon la porte-parole Tracey Tulloch.

Photo : Gracieuseté/Tracey Tulloch

La province a annoncé l’an dernier l’ajout ou la conversion de 162 nouveaux lits pour des soins à long terme, la plupart d’entre eux au Cap-Breton. Elle en a annoncé 23 de plus à Halifax pour cette année. Aucun des établissements en question n’est encore prêt à ouvrir.

Il est possible de rénover d’anciens foyers de soins pour les mettre à la hauteur des normes modernes, selon M. Nycum, mais il faudrait pour cela réduire le nombre de chambres partagées.

Construire est habituellement plus sensé que rénover, affirme Benjie Nycum. Il est généralement difficile de faire des rénovations dans un bâtiment occupé par des personnes âgées qui peuvent être incommodées par la poussière, le bruit, etc., explique-t-il.

Rénover un ancien foyer de soins coûte aussi cher, voire plus, qu’en construire un nouveau, précise-t-il.

Les conditions de travail du personnel constituent une autre question qui échappe à la conception des foyers de soins, ajoute M. Nycum. Les salaires, les quarts de travail, les possibilités d’avancement, les avantages sociaux sont des facteurs importants dont il faut aussi tenir compte, souligne-t-il.

Le cas de Northwood

Parmi tous les foyers de soins au Canada dont des résidents ont succombé à la COVID-19 jusqu’à présent, Northwood est l’un de ceux qui comptent le plus grand nombre de lits, soit 485 dans son cas.

Northwood compte aussi plusieurs chambres partagées. Ses dirigeants essaient depuis trois ans de séparer les résidents du bâtiment central pour qu’ils aient chacun leur propre chambre.

Une vue aérienne du foyer de soins Northwood.

Le foyer de soins Northwood à Halifax comprend trois bâtiments.

Photo : Radio-Canada / Steve Lawrence

Le premier ministre Stephen McNeil doute que le plan qui consiste à ajouter trois étages à un bâtiment de Northwood soit le plus approprié parce que, selon lui, les grands foyers de soins ont plus de difficultés à prévenir la contagion. Le problème, dit-il, est le grand nombre d’employés qui entrent et sortent des bâtiments. Il a fait ces commentaires le 4 juin, après une réunion de son Cabinet.

La firme Nycum a dirigé plusieurs travaux de rénovation chez Northwood, mais elle n’est pas mêlée à la proposition d'y ajouter trois étages.

Benjie Nycum croit qu’il est possible d’y ajouter des étages sans trop d’inconvénients pour les résidents, mais il souligne qu’il n’a pas vu les détails du projet. Il croit aussi qu’une rénovation serait plus économique dans ce cas parce que l’établissement se trouve dans une ville où les propriétés foncières ont une très grande valeur et qu’il serait très difficile d’en trouver une autre pour repartir à neuf.

Avec les renseignements de Shaina Luck, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !