•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté fransaskoise réagit au budget saskatchewanais de 2020

Plan serré de Denis Simard en entrevue à la radio.

Le président de l'ACF Denis Simard affirme qu'il faudra attendre plusieurs jours pour savoir si les investissements pour construire 7 nouvelles écoles en Saskatchewan incluent des établissements francophones.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le budget provincial déposé par le gouvernement de la Saskatchewan lundi a suscité plusieurs réactions dans la communauté fransaskoise. Parmi les investissements annoncés, le gouvernement de Scott Moe ne prévoit aucun financement pour la construction d’école francophone.

Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard, affirme qu’il est toujours en attente de détails en ce qui concerne le financement du Conseil des écoles fransaskoises (CEF)

Il souligne que rien n’est joué pour l’instant puisqu’on ne connaît pas les annonces aujourd’hui. Avant de savoir si c’est un refus ou non, il faut attendre de voir si c’est un projet qui est inclus, dit-il.

En attendant les détails, on va espérer et on va juste assumer qu’il y aura des bonnes nouvelles pour la communauté.

Denis Simard, président, ACF

Denis Simard souligne qu’il a aussi toujours espoir de voir des développements pour les deux institutions postsecondaires et qu’on attend de voir les impacts.

Il ajoute qu’il reçoit habituellement les derniers détails d’un budget près d’une semaine après qu’il soit déposé.

Le président de l’ACF ajoute qu’en attendant tous les détails, il préfère demeurer optimiste et il appelle la communauté fransaskoise à faire de même.

Le budget provincial de l’année fiscale 2020-2021 prévoit des investissements pour la construction de 7 nouvelles écoles dans la province et de rénover 3 écoles existantes.

Un recours judiciaire envisagé

Le porte-parole du Collectif des parents inquiets et préoccupés (CPIP), Jean De Dieu Ndayahundwa, se dit déçu du budget.

Il affirme que le CPIP s’attendait à une annonce sur la construction d’une nouvelle école francophone à Regina, ce qui ne fut pas le cas.

Jean De Dieu Ndayahundwa affirme qu’il s’agit d’un budget qui s’inscrit dans la continuité, puisque les investissements dans la communauté fransaskoise se font toujours attendre.

On va se parler avec notre équipe d’avocat pour regarder si on peut envoyer un ultimatum avant de retourner devant les tribunaux, si jamais ils ne font aucun geste à ce niveau

Jean De Dieu Ndayahundwa, porte-parole, CPIP

Le porte-parole du CPIP ajoute que le jugement de la Cour suprême rendu le 12 juin dernier va aider son organisme dans une éventuelle bataille judiciaire.

Il espère cependant à ne pas en arriver là, mais il affirme que le CPIP est prêt au besoin.

On s’attendait à la sortie du premier budget le 18 mars dernier qu’ils mettent quelque chose. Maintenant, ils ne mettent rien du tout et puis ils nous disent qu’il peut y avoir d’autres annonces, c’est comme s’ils jouent avec le temps, explique Jean De Dieu Ndayahundwa.

Le ministre de l’Éducation se prononce

Questionné au sujet du financement des écoles francophones en Saskatchewan, le ministre de l’Éducation Gordon Wyant confirme qu’aucun projet de construction d’école francophone n’est inclus dans le budget de cette année.

Il souligne que son gouvernement a annoncé un plan de relance de 2 milliards de dollars il y a quelques semaines et qu’il y aura une partie importance accordée à l’éducation.

Gordon Wyant explique aussi que le gouvernement a signé un protocole d’entente pour créer trois nouvelles écoles francophones en Saskatchewan dans les six prochaines années.

Nous comprenons l’importance des nouvelles écoles pour la communauté francophone dans ces trois communautés. Nous attendons avec impatience de remplir nos obligations.

Gordon Wyant, ministre de l'Éducation de la Saskatchewan

Avec les informations de Zoé Clin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !