•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

O’Toole veut être le « deuxième » choix des conservateurs sociaux

Le candidat à la direction du Parti conservateur admet ses « incertitudes » face à l’aide médicale à mourir.

Erin O'Toole.

Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada Erin O'Toole

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Une journée avant le premier et seul débat en français dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, le camp d'Erin O'Toole doit défendre les positions sociales de son candidat. Radio-Canada a obtenu une vidéo où on le voit demander aux conservateurs sociaux d'être leur deuxième choix.

La vidéo a été captée lors d'une table ronde virtuelle organisée par l'équipe de M. O'Toole avec des conservateurs sociaux du Québec qui voudraient aider dans la campagne, selon le député conservateur Garnett Genuis.

M. O'Toole leur indique clairement qu'il a l'appui de députés conservateurs sociaux très connus et respectés, dont Garnett. Il promet aussi des votes libres sur les enjeux sociaux, comme le faisait le gouvernement Harper.

Et si vous votez pour Leslyn [Lewis] ou Derek [Sloan], j'aimerais recevoir votre deuxième position s'il vous plaît, c'est pour ça que nous faisons cette rencontre ce soir, leur dit-il.

Thérapies de conversion

Erin O'Toole aborde aussi dans la vidéo le projet de loi C-8 visant à criminaliser plusieurs aspects des thérapies qui ont pour but de modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne mineure ou adulte contre son gré.

L'ex-ministre des Anciens Combattants indique qu'il n'a toujours pas pris position sur le dossier, mais qu'il a entendu certaines inquiétudes de la part de ses électeurs.

Il affirme néanmoins que ce serait inapproprié de changer l'approche pour les membres des communautés religieuses.

C'est très important de respecter les droits pour les conversations entre un prêtre et des membres de sa congrégation, dit-il.

Les conservateurs sociaux craignent que la définition de thérapie de conversion soit trop large.

Au sujet de l'aide médicale à mourir, il dit qu'il va probablement voter contre une autre fois, parce qu'il a encore beaucoup d'incertitudes en tant que catholique et avocat.

Dans la vidéo, le député Garnett Genuis, qui se présente comme un pro-vie, affirme qu'il est très à l'aise avec la candidature de M. O'Toole pour protéger les députés qui partagent son opinion.

Réponse du camp O'Toole

La directrice de campagne adjointe d'Erin O'Toole, Mélanie Paradis, a indiqué par courriel que son candidat est celui de l'unité.

Nous ne pouvons pas gagner si nous ne sommes pas unis – et cela inclut les conservateurs fiscaux, les bleus québécois, les conservateurs sociaux, les libertariens, etc. Nous savons que cette course sera serrée et que ça risque de se gagner après plusieurs tours.

Une citation de :Mélanie Paradis, directrice de campagne adjointe d'Erin O'Toole

À propos [du projet de loi] C-8, Erin a toujours été très clair que les actions coercitives et dégradantes qui visent à changer l'orientation ou l'identité de genre doivent être bannies, ajoute-t-elle. Il y a toutefois des enjeux sur la façon dont le projet de loi est écrit.

Je suis contre les thérapies de conversion et en faveur d’une loi pour interdire cette pratique inacceptable et blessante, fait d'ailleurs valoir M. O'Toole dans une déclaration envoyée à Radio-Canada peu après la publication de cet article. Cependant, explique-t-il, ce projet de loi est brouillon et doit être peaufiné.

Radio-Canada a obtenu l'enregistrement complet de la rencontre de plus d'une heure qui a été enregistrée quelques jours avant le 15 mai 2020, date limite pour acheter une carte de membre. L'équipe de M. O'Toole a confirmé l'authenticité de la vidéo.

Erin O’Toole s’adresse aux conservateurs sociaux

Un enjeu

L'enjeu risque de refaire surface lors des deux débats prévus mercredi et jeudi.

Si Peter MacKay a tenté de tourner la page sur les enjeux sociaux qui ont plombé le parti lors de la dernière élection, il devra aussi répondre à quelques questions.

Par exemple, le député conservateur Tom Lukiwski a affirmé sur Facebook que, pour la première fois de l'histoire du Parti conservateur, il s'est fait promettre que le chef n’interférerait pas avec les projets de loi privés sur les enjeux de conscience.

Sous Peter MacKay, j'aurais plus de liberté de représenter les valeurs de mes constituants [électeurs] qu'à n'importe quel autre moment de ma carrière, a-t-il écrit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !