•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éoliennes à Anse-Bleue : les opposants toujours inquiets « malgré le travail accompli »

Des manifestants dans la salle brandissent des pancartes jaunes.

Des citoyens manifestent leur opposition au projet de parc éolien lors de la rencontre avec Naveco le 2 février 2020 à Anse-Bleue.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les opposants au projet de parc éolien à Anse-Bleue considèrent qu'ils ont tout fait ce qu'ils devaient pour manifester leurs points de vue.

La présidente du DSL d'Anse-Bleue, Ginette Bertin, semble fière du travail qui a été accompli par les opposants, mais tout de même inquiète devant le silence relatif des autorités, soit le gouvernement du Nouveau-Brunswick et Énergie Nouveau-Brunswick, notamment.

La présidente du DSL d'Anse-Bleue, Ginette Bertin.

La présidente du DSL d'Anse-Bleue, Ginette Bertin.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

On a fait une deuxième pétition, explique-t-elle. On nous a dit que la première n'était pas véridique. On a tout donné au gouvernement et au ministère de l'Environnement.

Elle souligne que, selon les chiffres recueillis, une forte majorité de la population ne veut pas voir l'ombre d'une éolienne dans la région.

À Anse-Bleue, 88,9 % de la population s'oppose au projet d'éoliennes, précise-t-elle. Elle n'en veut pas.

Des propriétaires devenus opposants

La présidente du DSL d'Anse-Bleue souligne que son groupe a reçu huit lettres de propriétaires de terrains qui ont pourtant signé un contrat avec l'entreprise, soit pour installer des éoliennes, soit pour obtenir un droit de passage.

Deux éoliennes du parc éolien de l'île de Lamèque dans la Péninsule acadienne.

L'entreprise Naveco Power souhaite construire cinq éoliennes dans la région.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Ils disent qu'ils ont été floués, indique Mme Bertin. On a aussi des lettres d'appui de plusieurs communautés : Bertrand, Paquetville, Caraquet, Grande-Anse, Maisonnette, Shippagan. On a terminé ce qu'on avait à faire. On ne peut pas en faire davantage. Donc, il faut juste attendre.

À Fredericton, le ministère de l'Environnement et des Gouvernements locaux indique que l'étude d'impact sur l'environnement du projet se poursuit et qu'il n'y a aucune mise à jour pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables