•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un os se développe dans le cœur de certains chimpanzés

Gros plan sur la tête d'un chimpanzé.

C’est la première fois qu’un os cordis est observé chez un grand singe

Photo : iStock

Radio-Canada

Un tout petit os a été observé dans le tissu cardiaque de plusieurs chimpanzés par des scientifiques britanniques, qui ont même pu suivre son développement.

La Dre Catrin Rutland et ses collègues de l’École de médecine vétérinaire de l’Université de Nottingham expliquent que la taille de ce tissu minéralisé varie selon les individus, mais qu’elle ne dépasse jamais les quelques millimètres.

Il s’agit d’un os cordis, un type d'os cardiaque que l'on trouve aussi chez de grands ruminants, tels que les bovins et les buffles, mais qui est également présent chez les chameaux et mêmes chez certains chiens et chez la loutre.

Un os cordis.

Un os cordis a été observé dans le coeur de certains chimpanzés.

Photo : Université de Nottingham/Catrin Rutland

C’est toutefois la première fois qu’un os cordis est observé chez un grand singe, une réalité qui conduit les chercheurs à spéculer sur sa présence possible dans l’anatomie humaine.

La Dre Rutland et son équipe ont aussi remarqué que le petit os est plus susceptible d'être présent chez les chimpanzés atteints de fibrose myocardique idiopathique – un problème cardiaque que l'on trouve chez les humains.

Chez le chimpanzé, cette fibrose est liée à l'apparition d'arythmies cardiaques et de mort subite.

Cette nouvelle connaissance est précieuse dans un contexte de conservation des chimpanzés sauvages parce que les maladies cardiovasculaires sont très fréquentes chez cette espèce.

Il est donc essentiel de bien comprendre leur cœur pour réaliser des progrès médicaux et gérer leur santé et leur conservation, notent les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Scientific Reports (Nouvelle fenêtre)(en anglais).

La Dre Rutland dans un laboratoire.

La Dre Rutland prépare des lames de microscope pour examiner un os cordis de chimpanzé.

Photo : Université de Nottingham

La découverte d'un nouvel os dans une nouvelle espèce est un événement rare, surtout chez les chimpanzés qui ont une anatomie si semblable à celle de l'humain.

Catrin Rutland

Cette découverte soulève la question de savoir si certaines personnes pourraient également avoir un os cordis, affirme la Dre Rutland dans un communiqué publié par l’université.

Cette découverte a été rendue possible grâce à la combinaison de quelques techniques, dont une méthode d'imagerie appelée tomographie microscopique.

Cette méthode a permis d’observer les cœurs des singes à des grossissements beaucoup plus importants que ce que permettent les instruments standards des hôpitaux ou des vétérinaires.

Le saviez-vous?

  • Pas moins de 98 % des gènes du chimpanzé sont identiques à ceux de l’humain;
  • Le chimpanzé est classé sur la liste des espèces « en danger » de l’Union internationale pour la conservation de la nature;
  • Ses effectifs s’élevaient à près de 2 millions au début du 20e siècle;
  • Il n’y a aujourd’hui que 500 000 chimpanzés à l’état sauvage.

Une fonction mystérieuse

La fonction précise d'un os cordis n’est pas bien cernée, mais ces travaux montrent que du cartilage était aussi présent autour de l'os, ce qui permet de comprendre les mécanismes par lesquels la croissance osseuse a commencé.

En outre, les scientifiques ont également montré que l'os du cœur était présent chez les chimpanzés mâles et femelles d'âges différents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Biologie

Science