•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La statue de John A. Macdonald de nouveau vandalisée à Montréal

Un monument couvert de graffitis et de peinture.

Le monument érigé à la mémoire de l'ex-premier ministre John A. Macdonald, place du Canada, à Montréal, est régulièrement la cible des militants antiracisme.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Le monument à la mémoire de l’ancien premier ministre canadien John A. Macdonald, situé au centre-ville de Montréal, a une fois de plus été la cible de vandales qui ont enduit le monument de peinture et de graffitis accusant la GRC de « tuer » des hommes et de « violer » des femmes issus des Premières Nations.

Ce monument, érigé sur la place du Canada en mémoire de celui qui fût, entre autres, le premier chef de gouvernement du Canada ( de 1867 à 1873 puis de 1878 à 1891) est régulièrement la cible d’actes de vandalisme et de graffitis accusant les autorités fédérales et le personnage d’être raciste et colonialiste.

Le monument a essuyé pas moins d’une quinzaine d’actes du genre depuis trois ans.

Les méfaits de la nuit dernière ont été revendiqués par le mouvement antiracisme Macdonald Must Fall qui milite pour que le passé  raciste  de l’ex-premier ministre conservateur soit publiquement reconnu et que les monuments en son honneur soient retirés des lieux publics.

Les membres du mouvement Macdonald must fall réclament que la statue soit plutôt exposée dans un musée où le contexte historique qui y est associé pourra être expliqué plus en détail aux visiteurs.

Une pétition en ligne pour que la statue soit retirée a recueilli plus de 16 000 signatures.

Ses détracteurs reprochent, entre autres, à Macdonald d’avoir volontairement affamé les tribus amérindiennes des plaines de l’Ouest au 19e siècle pour les forcer à vivre sur des réserves afin de faciliter le passage du chemin de fer qui devait relier la Colombie-Britannique aux provinces de l’est.

C'est aussi à lui qu'on doit le système de pensionnats dans lesquels plus de 150 000 enfants autochtones du Canada ont été envoyés pour y recevoir une instruction publique dispensée par des religieux et des laïcs.

Beaucoup de ces enfants ont subi des sévices physiques et sexuels dans ces établissements dont le dernier a été fermé en 1996.

Ses politiques discriminatoires envers les milliers de Chinois qui sont venus au Canada pour construire le chemin de fer lui ont aussi valu de sévères critiques de la part de plusieurs historiens.

Outre la statue de John A. MacDonald, celle de James McGill, fondateur de l’Université McGill est également au cœur d’une controverse en raison du passé esclavagiste du personnage.

Une pétition qui a recueilli plus de 2000 noms réclame que la statue érigée sur le campus de l’université soit retirée.  N’importe quel arbre serait plus beau que James McGill , pouvait-on lire sur la pétition.

Un mouvement international

Ce regain d’intérêt des mouvements antiracisme montréalais pour la statue de John A. Macdonald s’inscrit dans la foulée des manifestations et des revendications du mouvement Black Lives Matter qui se multiplient en Amérique du Nord et en Europe depuis la mort de George Floyd, à la fin mai, lors d’une arrestation policière musclée à Minneapolis, aux États-Unis.

Depuis, de nombreux monuments érigés à la mémoire de personnages historiques jugés à posteriori racistes ou colonialistes ont été endommagés, déboulonnés ou vandalisés en Europe et aux États-Unis, lors de manifestations contre le racisme et le profilage.

Des monuments à la mémoire d’anciens marchands d’esclaves, de Christophe-Colomb, du roi belge Léopold II, de policiers ou encore de Winston Churchill ont essuyé la colère des manifestants ces dernières semaines.

Montréal se dote d'un commissaire à la lutte contre le racisme

Critiquée dans un rapport de l'Office de consultation publique (OCPM) pour sa tiédeur de son administration dans la lutte contre le racisme et la discrimination, la mairesse Valérie Plante a annoncé en début de matinée la création d'un poste de Commissaire à la lutte contre le racisme et la discrimination systémiques d'ici l'automne à la Ville de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !