•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre PCU tire à sa fin? D'autres prestations suivront, assure Trudeau

Gros plan du premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Ottawa ne laissera pas tomber les Canadiens qui ne peuvent toujours pas retourner au travail, mais qui sont sur le point de ne plus pouvoir toucher la Prestation canadienne d'urgence (PCU), a annoncé lundi Justin Trudeau.

Même si la relance économique est en cours au pays, on sait aussi que beaucoup trop de Canadiens éprouvent encore des difficultés en ce moment, a déclaré le premier ministre canadien en conférence de presse.

Si vous avez du mal à trouver un emploi, vous ne devriez pas non plus avoir à vous inquiéter de ne plus toucher la Prestation canadienne d’urgence, a-t-il ajouté.

On est en train de trouver une solution pour prolonger la période de prestations pour ceux qui ne peuvent toujours pas retourner au travail à cause de la pandémie.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau a cependant refusé une invitation à confirmer sans détour que le programme de la PCU sera prolongé d'une manière ou d'autres. Nous allons annoncer plus de détails plus tard cette semaine, s'est-il borné à dire.

Au départ, la PCU était conçue pour geler l’économie, pour permettre aux gens de protéger leur santé et la santé de leurs proches, a commenté le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, dans une conférence de presse subséquente.

Maintenant, la situation sanitaire et économique a changé au cours des dernières semaines [...] et l’annonce importante qui va venir prochainement focalise sur l’ajustement des paramètres et possiblement la durée – vous le verrez bien dans quelques jours – de la PCU, pour faire en sorte que la PCU s’adapte davantage au contexte actuel, a-t-il précisé.

La PCU est l'un des deux programmes phares du gouvernement, avec celui de la subvention salariale d'urgence. Il permet à des Canadiens de toucher 2000 $ par période de quatre semaines, pour une durée maximale de 16 semaines.

La prestation est rétroactive au 15 mars et demeure en vigueur jusqu'au 3 octobre pour quiconque doit rester à la maison sans salaire pour s’occuper des enfants en raison de la COVID-19.

Des Canadiens qui ont arrêté de travailler à la mi-mars et qui ne peuvent toujours pas reprendre le travail viennent d'entreprendre leur dernière période d'admissibilité, qui s'étend du 7 juin au 4 juillet.

Le NPD négocie son appui

L'annonce du premier ministre Trudeau est venue peu après que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, eut fait savoir qu'il n'appuiera le gouvernement mercredi qu'à la condition que la PCU soit prolongée.

On a besoin d'un engagement concret sur comment on va aider ces gens, ces Canadiens, ces Canadiennes, ces familles. C'est quoi le plan de match pour les aider? a-t-il dit en conférence de presse.

Le gouvernement Trudeau doit s'assurer de l'appui d'au moins un parti d'opposition d'ici mercredi, jour du vote sur les crédits budgétaires.

Il s'agit habituellement d'un vote de confiance, de sorte que le gouvernement de M. Trudeau, minoritaire aux Communes, pourrait tomber, ce qui plongerait le Canada en campagne électorale en pleine crise de la COVID-19.

Comme toujours, dans un Parlement minoritaire, ce serait les parlementaires qui vont décider ce qui se passe, s'est contenté de répondre M. Trudeau lorsqu'il a été interrogé sur ce scénario.

M. Singh, de son côté, a dit que son but n'était pas de faire tomber le gouvernement, mais bien d'aider les gens. Il a indiqué que les négociations se poursuivent toujours avec les libéraux.

Ils n'ont pas donné une réponse spécifique sur cette question. Ils étaient vagues. Et ça, c'est un problème parce que les gens ont peur.

Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh ne tient pas à ce que la PCU soit reconduite comme telle, mais il veut que la prestation continue d'être versée à ceux qui n'auront pas d'autres options de revenus.

Le Bloc québécois a lui aussi exprimé le besoin de prolonger la PCU pour des secteurs ciblés.

Les crédits de 87 milliards de dollars seront débattus pendant un total général de quatre heures au courant d'une séance abrégée à la Chambre des communes, mercredi après-midi.

Le Bloc québécois fera connaître ses intentions plus tard cette semaine. Le Parti conservateur n'a pas encore fait connaître les siennes.

Trudeau évite de se prononcer sur le déboulonnage de statues

Le premier ministre a par ailleurs évité de se prononcer sur les appels au déboulonnage de statues ou au changement de noms d'institutions rendant hommage à des figures historiques dont les gestes sont jugés condamnables a posteriori par des manifestants antiracisme.

M. Trudeau se faisait spécifiquement demander par un journaliste si le Parti libéral considérait le nom du Club Laurier, qui regroupe ses meilleurs donateurs. Cet ex-premier ministre libéral (1896-1911) a notamment empêché l'immigration des Noirs au Canada.

Évidemment, il y a énormément de choses dans notre passé pour lesquelles nous nous sommes excusés et que nous nous sommes engagés [à] faire mieux, a offert le premier ministre, après avoir réitéré son engagement à lutter contre le racisme systémique.

Par rapport à cette histoire de regarder les noms d’équipes de sport, la présence de statues ou les noms d’édifice, il y a toujours des conversations extrêmement importantes à faire, à avoir entre Canadiens. Nous allons écouter les Canadiens qui sont préoccupés, a-t-il ajouté.

Je pense qu'on doit approcher ces enjeux difficiles au cas par cas, a encore dit le premier ministre. Il faut que nous nous écoutions les uns les autres, que nous faisions attention aux perspectives des autres, et qu’on essaie de choisir la meilleure façon d’avancer, pour reconnaître les erreurs du passé, mais quand même reconnaître l’évolution qu’on a eue depuis le passé.

M. Trudeau ne s'est pas prononcé sur la pétition qui réclame que la statue de James McGill, fondateur de l’Université McGill et connu pour son passé esclavagiste, soit retirée et remplacée par un arbre.

Début du programme d'achat des aliments excédentaires

Justin Trudeau a aussi confirmé lundi le début du programme d’achat des aliments excédentaires qui avait été annoncé il y a plus d’un mois.

À cause de la pandémie, de nombreux producteurs n’arrivent pas à vendre une partie de leurs produits. Ils ont travaillé fort pour les cultiver et ça serait dommage de les gaspiller, a-t-il fait valoir.

Avec ce programme, on va acheter certains des excédents pour les redistribuer à ceux qui en ont besoin.

Le premier ministre a aussi fait savoir que le Canada va participer à un pont aérien destiné à fournir du matériel humanitaire et des équipements médicaux à des populations parmi les plus vulnérables du monde.

Ottawa répond ainsi à une requête des Nations unies, a dit Justin Trudeau, sans dire où, quand ni comment ce pont aérien sera mis en place.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique