•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto et Windsor ne peuvent passer à la 2e étape du déconfinement

Le centre-ville de Toronto.

Le nombre de nouvelles infections à Toronto continue à préoccuper les autorités provinciales.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Sept régions de plus pourront passer à la deuxième étape du déconfinement en Ontario vendredi, y compris Durham et Hamilton. Toutefois, les restrictions sont maintenues à Toronto ainsi que dans les régions de Peel et de Windsor.

Lors de l'annonce il y a une semaine de la deuxième étape du déconfinement pour la majorité des régions de la province, M. Ford avait expliqué qu'il y avait un trop grand nombre d'infections dans certains secteurs, comme Toronto et Windsor, pour y autoriser la réouverture des salons de coiffure, des centres commerciaux et des terrasses des restaurants, notamment.

M. Ford a répété, lundi, que le nombre de cas était toujours trop élevé dans ces régions.

Lundi, 85 des 181 nouveaux cas de coronavirus confirmés dans la province étaient à Toronto, selon la santé publique. La région de Peel comptait 41 infections.

La région de Windsor est toujours aux prises avec une éclosion parmi des travailleurs agricoles saisonniers.

Soyez patients, ça ne devrait pas prendre beaucoup plus de temps.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario
Doug Ford en point de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Rick Madonik

On y va prudemment, pour ne pas avoir à revenir en arrière, a ajouté la ministre de la Santé, Christine Elliott. Elle a précisé que les autorités suivaient les données chaque jour.

Le premier ministre Ford a promis de faire le point chaque lundi sur le déconfinement. L'idéal, selon lui, serait que toutes les régions puissent passer à la deuxième étape du déconfinement d'ici le 26 juin.

Tout dépend des chiffres, a-t-il expliqué, disant suivre les conseils des experts.

Il a reconnu qu'un Torontois pourrait simplement aller se faire couper les cheveux en banlieue, mais a pressé le public de continuer à respecter les consignes pour limiter la propagation du coronavirus.

M. Ford a tenu à préciser que les travailleurs agricoles étrangers infectés dans le Sud-Ouest avaient contracté la COVID-19 en sol canadien. Ils travaillent dur et je ne voudrais pas qu'ils soient montrés du doigt, a-t-il affirmé.

Les autres régions qui passeront à la deuxième étape du déconfinement, vendredi :

  • Durham
  • Hamilton
  • York
  • Halton
  • Niagara
  • Haldimand-Norfolk
  • Sarnia-Lambton

Des commerçants impatients

Le maire de Toronto, John Tory, a raconté lundi après-midi lors de son point de presse qu'il avait entendu le « cri de détresse » des commerçants dans la Ville Reine lors d'une visite sur l'avenue Danforth durant le week-end.

Des restaurateurs lui ont raconté, par exemple, qu'ils ne pouvaient pas survivre uniquement grâce aux commandes à emporter et aux livraisons, qui représentent environ le quart de leur chiffre d'affaires.

Le maire a dit comprendre cette « douleur », mais a affirmé que la santé publique est la priorité. On ne veut pas rouvrir trop tôt et avoir de terribles conséquences, a-t-il dit.

La médecin hygiéniste de Santé publique Toronto, Eileen de Villa, a expliqué lors du point de presse qu'elle était d'accord avec la décision de la province. La province est responsable et c'est à ce niveau que la décision se prend. Je ne connais pas tous leurs critères. Cependant, de notre point de vue, (...) nous aimerions voir un progrès marqué de tous les indicateurs liés à la maladie [à Toronto] et s'assurer que nous sommes dans la bonne position avant de commencer le déconfinement.

M. Tory et d'autres maires du Grand Toronto avaient discuté de la question avec le premier ministre Ford lors d'une réunion téléphonique le week-end dernier.

Pour sa part, le maire de Brampton, Patrick Brown, a dit comprendre l'approche « prudente » du gouvernement provincial. On doit aider nos PME à retomber sur leurs pattes, mais la santé publique est prioritaire, a-t-il commenté sur Twitter.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !