•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Russie : Paul Whelan condamné à 16 ans de prison pour espionnage

L'avocat de l'accusé avance la possibilité que son client soit échangé contre deux Russes détenus aux États-Unis, dont le célèbre ex-vendeur d'armes Viktor Bout.

Gros plan de Paul Whelan.

Paul Whelan, lors d'une audience devant un tribunal, à Moscou, le 23 août 2019.

Photo : Getty Images / AFP/KIRILL KUDRYAVTSEV

Agence France-Presse

La justice russe a condamné lundi à 16 ans de prison le Canado-Américain Paul Whelan pour espionnage, une condamnation politique selon l'intéressé, et qui pourrait ouvrir la voie à un échange de prisonniers entre Moscou et Washington.

Le juge d'un tribunal de Moscou où se tenait le procès a précisé que Paul Whelan purgera sa peine dans un camp à régime sévère, selon un journaliste de l'AFP présent sur place.

L'ancien marine de 50 ans, qui comparaissait détenu dans un box en verre lors de l'audience, brandissant une feuille sur laquelle était écrit simulacre de procès, a clamé une fois de plus son innocence.

Dès l'annonce du verdict, Paul Whelan, qui possède également les nationalités irlandaise et canadienne, a indiqué qu'il allait faire appel de cette décision et demandé au président américain Donald Trump d'intervenir en sa faveur.

C'est un procès politique, un procès honteux. Nous avons prouvé mon innocence, a-t-il affirmé avant sa condamnation, ajoutant qu'il s'agissait d'une sale affaire de politique russe, ni plus ni moins.

« J'ai besoin que le président américain, le premier ministre du Canada, que l'Irlande et le Royaume-Uni agissent de manière décisive. »

— Une citation de  Paul Whelan

Pour l'accusation, M. Whelan est un officier du renseignement américain très bien entraîné.

Lui s'en est défendu, accusant les Russes de prétendre d'avoir arrêté un James Bond en mission, alors qu'en réalité ils ont kidnappé un Mister Bean en vacances, en référence au célèbre espion de fiction et au personnage maladroit joué par le Britannique Rowan Atkinson.

M. Whelan avait été arrêté en décembre 2018 en plein « acte d'espionnage », selon les services de sécurité russes, le FSB.

L'accusé soutient avoir été piégé par une de ses connaissances qui lui a transmis une clé USB contenant ce qu'il pensait être des photographies prises pendant un séjour précédent en Russie en sa compagnie.

Le parquet russe avait requis fin mai contre Paul Whelan 18 ans de prison, un peu moins que la peine maximale de 20 ans prévue pour ces accusations.

Paul Whelan, devant une étendue d'eau, regarde la caméra.

L’avocat de l’Américain Paul Whelan affirme qu’il détenait des « secrets d'État » russes à son insu.

Photo : Reuters / Photo fournie par la famille Whelan

Un échange de prisonniers?

Cette affaire est l'une des nombreuses sources de tensions entre Moscou et Washington. Elle s'ajoute aux différends sur le conflit ukrainien, à la guerre en Syrie et au maintien de la parité stratégique entre les deux grandes puissances.

Après le verdict, l'ambassadeur américain à Moscou John Sullivan s'est dit déçu et outré par cette condamnation.

« Nous allons continuer à chercher une solution juste pour Whelan. Je vais consulter le gouvernement américain et le secrétaire d'État Mike Pompeo. »

— Une citation de  John Sullivan, ambassadeur américain à Moscou

L'avocat de l'accusé, Vladimir Jerebenkov, a soulevé après le verdict la possibilité que son client soit échangé contre deux Russes détenus aux États-Unis, le célèbre ex-vendeur d'armes Viktor Bout et le pilote Konstantin Iarochenko, détenu pour trafic de drogue.

L'avocat avait déjà évoqué la possibilité d'un échange, mais cette possibilité avait été rejetée fin novembre 2019 par l'ambassade américaine à Moscou.

Le vice-président de la commission des Affaires étrangères de la chambre basse du parlement russe a cependant évoqué cette possibilité lundi.

Un tel échange peut avoir lieu, a dit ce député, Alexeï Tchepa, à l'agence publique Ria Novosti, mais il faut échanger (Whelan) contre les deux, à la fois Bout et Iarochenko.

Dans un communiqué, le frère jumeau de l'accusé, David Whelan, a lui dénoncé une injustice.

Nous espérions que la cour montre de l'indépendance, mais au final les juges russes sont des entités politiques et non judiciaires, a-t-il écrit.

Directeur de la sécurité d'un fabricant américain de pièces détachées dans le secteur automobile, Paul Whelan assure qu'il était en Russie pour un mariage au moment de son arrestation.

Lui et ses proches ont fait valoir qu'il n'a pas été correctement soigné d'une hernie en prison. Il a été opéré depuis.

M. Whelan assure aussi avoir subi de mauvais traitements de la part de gardiens de prison, des accusations rejetées par la Russie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !