•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ressources pour personnes avec une déficience intellectuelle et physique s'adaptent à la crise

Le centre de jour de l'organisme les Intrépides de Rouyn-Noranda.

Le centre de jour de l'organisme les Intrépides de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Les organismes qui viennent en aide aux personnes handicapées doivent aussi adapter leurs services à la crise sanitaire.

L'organisme les Intrépides de Rouyn-Noranda gère un centre d'activités de jour pour la clientèle vivant avec un handicap intellectuel ou physique.

Il compte reprendre ses activités graduellement vers la fin du mois de juin, mais avec la moitié de sa clientèle.

Les activités seront aussi réduites, explique le directeur général Denis Pinet.

On va avoir des modifications à cet effet là, parce que souvent, il y a des activités, des fêtes qui sont soulignées par exemple en groupe, dit-il. Mais là, sur quoi on s'aligne, c’est plus des activités de nature individuelle. On va pouvoir mettre des mesures au niveau de la distanciation. C'est sûr qu'en temps normal, il y en a des activités de ce type-là, mais aussi souvent des activités plus des groupes où il peut y avoir des rassemblements de plusieurs personnes mais là on n'a pas le choix on va éviter ça.

Le Club de l'amitié des handicapés d'Abitibi-Ouest a rouvert ses portes il y a une semaine.

Pour le moment, l'organisme offre un service individualisé, passant d'une trentaine de personnes par séance à une seule.

C'est sûr qu'on aimerait tous les accueillir, conserver les mêmes activités et les mêmes plages horaires et les mêmes groupes qu'on avait

La directrice générale Maryse Turbide.

Le plus chagrinant au niveau des familles d'accueil, ce sont elles qu'on pense qu'à un moment donné, elles vont probablement vivre de l'essoufflement et on parle qu'on est rendu à trois mois ou trois mois et demi [de confinement]. Les parents, on se met tous à leur place. C'est sûr qu'il y a un essoufflement quelque part, mais nous déjà de pouvoir rouvrir c'est sûr qu'on est content, explique la directrice générale Maryse Turbide.

L'organisme offre plusieurs activités notamment des ateliers de cuisine, de danse et de bricolage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Coronavirus