•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Florence Longpré, ses succès et ses projets d'écriture

Elle porte une robe en patchwork de fleurs.

Florence Longpré travaille actuellement sur une nouvelle série, avec le réalisateur Philippe Falardeau.

Photo : Radio-Canada / Amélie Grenier

Radio-Canada

Florence Longpré a le vent dans les voiles. On apprenait récemment que sa série M'entends-tu? serait traduite en 30 langues et distribuée dans 190 pays sur Netflix. René Homier-Roy s'est entretenu avec elle pour discuter de ses succès et de la prochaine série sur laquelle elle travaille, avec Philippe Falardeau : Autant en emportent les framboises.

Questionnée sur les raisons derrière le succès de M'entends-tu?, la comédienne et autrice est d'accord pour dire que c'est probablement la nature du sujet, rarement abordé en télévision, qui le rend si exportable.

Dans cette série, qu'elle a créée avec Pascale Renaud-Hébert, Florence Longpré incarne Ada, une jeune femme venant d'un milieu défavorisé qui affronte le quotidien avec ses grandes amies Carolanne (Eve Landry) et Fabiola (Mélissa Bédard).

Ce décor-là, on l’a vu au cinéma un peu, mais en série, à peine; surtout pas au Québec, surtout pas de l’angle de l’intérieur comme ça. [...] Je pense que oui, en effet, cela a eu un écho un peu partout, explique-t-elle.

À la base, Florence Longpré ne prévoyait pas du tout jouer dans sa propre série, mais elle s'est finalement ravisée; une décision un peu stratégique.

Je me suis servie de moi pour promouvoir la série. Je me suis auto-utilisée, avec mon amie Eve Landry. J’étais déjà un peu connue, et Eve aussi, beaucoup. En proposant déjà des têtes d’affiche que les gens connaissaient, j’avais plus de liberté dans le casting pour aller chercher des comédiens que les gens connaissent moins et des comédiens de la diversité, explique-t-elle.

La diversité était d'ailleurs une priorité pour l'équipe de M'entends-tu? : C'était un grand désir [...] de bien représenter la diversité à la télé. Au Québec, on est un peu en retard de ce côté-là, donc c'était vraiment dans nos priorités.

Une parodie d'Autant en emporte le vent

Florence Longpré travaille en ce moment à l'écriture et à la scénarisation d'une nouvelle série, intitulée Autant en emportent les framboises, un projet dont elle parle avec un sourire dans la voix.

Je ne peux pas tout vous dire, mais évidemment, c’est un gros clin d’œil à Autant en emporte le vent. C’est une parodie, mais qu’on refait au goût du jour, explique-t-elle.

L’histoire, c’est une femme qui hérite d’une ferme, qui doit cohabiter avec une belle-famille écorchée, des travailleurs exilés, des difficultés langagières. C’est un bon melting pot de sujets très complexes et très amusants à la fois.

Quand elle a appris que c'est Philippe Falardeau qui assurerait la réalisation de sa série, la comédienne est tombée en bas de sa chaise : J'en reviens pas. Moi, je suis vraiment fan de Philippe Falardeau.

Quand Trio Orange, la boîte de production pour laquelle on travaille, nous ont "matché" ensemble, ils essayaient de me "pitcher" leur idée, poursuit-elle. À un moment donné, je me suis rendu compte qu’ils essayaient de me convaincre, mais moi, j’avais déjà dit oui dans ma tête avant de venir à la réunion.

Je mesure la chance que j’ai de travailler avec [Florence Longpré]. C’est moi qui suis chanceux, ce n’est pas elle.

Philippe Falardeau

Le tournage de cette nouvelle fiction, produite par Trio Orange et Québecor Contenu, devrait commencer à l'été 2021.

Sylvie aime Maurice

En plus de cette nouvelle série, Florence Longpré adaptera pour le cinéma une pièce qu’elle a écrite, intitulée Sylvie aime Maurice. Le ton dans sa voix lorsque René Homier-Roy aborde le sujet avec elle suggère que c’est un projet qui tient vraiment à cœur à l'artiste.

J’ai écrit ça avec Nicolas Michon, qui est mon meilleur ami. Pour nous, c’est un cadeau, ce projet-là, parce qu’on rêve de travailler ensemble depuis qu’on est jeunes, affirme-t-elle.

Sylvie aime Maurice est en fait la deuxième collaboration entre les deux amis, qui ont présenté Chlore à la Petite Licorne en 2012. Mettant en scène des personnages aux prises avec des troubles du spectre de l’autisme, la pièce pose un regard drôle et sensible sur la proximité humaine.

On a commencé par l’écrire en pièce de théâtre, et là, on est en train d’en faire un film. Ça va être une comédie musicale complètement… très éloignée de ce qu’on voit habituellement. J’ai bien hâte de voir ce projet-là; je pense vraiment que ça va être quelque chose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !