•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous sommes chez nous à nouveau » : les croyants ontariens retrouvent leur lieu de culte

Des fidèles prient avec des masques à l'intérieur de la cathédrale St. Michael's à Toronto.

Des fidèles prient à l'intérieur de la cathédrale St. Michael's à Toronto, dimanche matin.

Photo : Radio-Canada / Keith Burgess

Radio-Canada

Les lieux de culte rouvrent cette fin de semaine en Ontario, mais seulement 30 % de leur capacité pourra être occupée de fidèles. Les chefs religieux s’en réjouissent.

Dans le Nord de l'Ontario, les églises ont pu offrir une messe dominicale pour la première fois depuis des mois. Les paroissiens rencontrés à la cathédrale de la paroisse Notre-Dame de l’Assomption à Hearst étaient bien heureux de retrouver les siens.

Une femme devant l'entrée de l'église

« C’est une occasion de se saluer pour la semaine », selon Huguette Bouchard Tremblay.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Huguette Bouchard Tremblay se disait contente de sortir de la maison pour socialiser. C’est un social en même temps. On voit les gens qu’on connaît. C’est une occasion de se saluer pour la semaine.

Un homme devant l'entrée de l'église

« J’aime mieux venir en personne », explique Marcel Girouard

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Marcel Girouard, lui, a suivi les messes qui étaient présentées sur Facebook, mais il préfère nettement la version en personne à la version virtuelle. Des fois la réception sur Facebook était pas trop bonne. J’aime mieux venir en personne.

Selon monseigneur Robert Bourgon, la cathédrale de Hearst peut accueillir jusqu'à 450 personnes, ce qui signifie qu'elle pourrait recevoir environ 140 personnes tout en respectant la règle de 30 % d'occupation.

À Toronto aussi

Aujourd'hui c'est vraiment un jour de grande joie pour toute notre communauté, confiait le cardinal Thomas Collins dimanche matin, sourire aux lèvres, devamt l'entrée de la cathédrale St. Michael's de Toronto. Nous somme chez nous à nouveau.

Depuis vendredi, les lieux de cultes de la province peuvent rouvrir leurs portes dans le cadre de la phase 2 de déconfinement annoncée par le gouvernement, mais seulement à certaines conditions.

Le cardinal Thomas Collins devant l'entrée de la cathédrale St. Michael's.

Le cardinal Thomas Collins.

Photo : Radio-Canada / Keith Burgess

La fréquentation est par exemple limitée à 30 % de la capacité du bâtiment, afin d'assurer la sécurité des fidèles.

Nous avons un manuel de 50 pages pour tous les évêques de l'Ontario avec toutes les régulations, avance le cardinal.

Cela comprend la fréquence à laquelle les lieux de cultes doivent être nettoyées, les mesures pour faire respecter la distanciation physique de deux mètres, ou encore la prise de la température des personnes qui administrent l'église avant d'y rentrer.

À Windsor, la distanciation est prise au sérieux

Aaron Rock, pasteur principal à la Windsor's Harvest Bible Church, a déclaré qu'il était ravi d'entendre l'annonce du premier ministre. En fait, M. Rock a été l'un des auteurs d'une lettre envoyée à Doug Ford en mai dernier, implorant le premier ministre de permettre aux églises de rouvrir.

Il a été très difficile de rester fermés pendant trois mois , a déclaré M. Rock.

Au début, nous communiquions à l’aide de visioconférence, dit-il. Mais la participation virtuelle perdait de sa popularité, dernièrement, selon lui. Il affirme que c’est un symptôme qui cache que les fidèles ont du mal à être isolés et déconnectés les uns des autres.

Un homme montre trois chaises de ses mains

Aaron Rock explique que les fidèles seront séparés par trois chaises vides.

Photo : Radio-Canada / Vince Robinet/CBC News

Vendredi dernier, la mosquée de Windsor a pu organiser son service de prière hebdomadaire. Les gens présents étaient assis à deux mètres de distance l’un de l’autre.

C'est ainsi que nous connectons. C'est notre vie sociale, donc cela signifie beaucoup pour nous, a déclaré Mohamed Al-Gammali, imam de la mosquée de Windsor. Quand la mosquée n'est pas dans votre vie, il y a un sentiment de perte.

Un homme porte un masque

Les fidèles de la mosquée de Windsor ont pu prier vendredi mais ont dû respecter les consignes de la santé publique.

Photo : Radio-Canada / Vince Robinet/CBC News

M. Al-Gammali ajoute que, durant la pandémie, il était parfois seul dans toute la mosquée. C'était dur pour moi.

Avec des informations de Camille Feireisen, Francis Bouchard et CBC News

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !