•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Vers un remaniement à Québec

François Legault montre les deux mains dans un signe d'apaisement.

Le premier ministre du Québec François Legault a maintenant une bonne idée des forces et des faiblesses de son gouvernement.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

L’idée commence à faire son chemin dans le petit cercle autour du premier ministre François Legault. Plusieurs ministres ont d’ailleurs été interrogés sur leurs ambitions alors qu’on s’affaire déjà à préparer la rentrée d’automne. M. Legault entend donner un second souffle à son gouvernement pour la deuxième partie de son mandat. Sur sa planche à dessin : un discours d’ouverture et un remaniement ministériel.

Le gouvernement a beau atteindre des sommets de popularité, ce qui s’en vient sera très difficile, affirme une source proche du premier ministre. Le retour à l’équilibre budgétaire commandera des décisions douloureuses. Ainsi, après deux années au pouvoir, François Legault a maintenant une bonne idée des forces et des faiblesses de son gouvernement.

Un grand ménage s’impose au ministère de la Santé. Le mastodonte a démontré son immuabilité durant la crise. Des têtes vont tomber, dit-on, mais peut-être pas celle de la ministre Danielle McCann, qui sait se tenir debout.

Par contre, on jongle, en haut lieu, avec l’idée de scinder ce ministère. Lionel Carmant, maintenant plus à l’aise avec la politique, pousse fort pour avoir les coudées franches et être ministre en titre du ministère des Services sociaux. Des décisions devront aussi être prises pour réussir la nécessaire restructuration de l'ensemble du réseau des résidences pour personnes âgées.

Le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, est sur les rangs. Il ne cache pas à ses proches son intérêt pour la Santé. Les négociations dans le secteur public vont bon train et une entente à la table centrale sur la rémunération des fonctionnaires serait à portée de main. Il pourrait en principe bouger.

Mais la rumeur, pour l’instant, l’envoie à l’Éducation alors que le ministre actuel Jean-François Roberge semble avoir brûlé les ponts avec son réseau. Après les maternelles 4 ans et l’abolition des commissions scolaires, sa valse-hésitation pendant la pandémie a été largement critiquée par les directeurs généraux des nouveaux centres de services scolaires.

Les réformateurs en politique ont généralement la vie dure. Mais là aussi, le premier ministre pourrait décider de diviser le portefeuille. Le ministère de l’Enseignement supérieur existe dans la loi.

Sonia LeBel, une étoile montante

Sonia LeBel en point de presse vue de près.

La ministre québécoise de la Justice Sonia LeBel semble très appréciée par son chef.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le nom de Sonia LeBel circule beaucoup. C’est peu connu, mais la ministre de la Justice, qui est aussi responsable des Relations canadiennes, a joué un rôle clé pendant la crise sanitaire. C’est elle qui a négocié avec Ottawa notamment pour l’approvisionnement d’équipement médical et la présence de l’armée dans les CHSLD.

Elle est studieuse, efficace, appréciée. Si la Justice est un poste prestigieux, c’est aussi une fonction qui commande une certaine réserve. François Legault pourrait avoir besoin d’elle sous les projecteurs. Certains conseillers du premier ministre aimeraient la voir leader parlementaire.

Son ton plus conciliant, sa capacité de travailler en équipe, donc avec les partis d’opposition, changerait l’ambiance souvent tendue au Salon bleu. Sans compter qu’asseoir une femme à côté du premier ministre enverrait un signal fort face à la nouvelle cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade.

Mais le premier ministre devra convaincre cette étoile montante parce que ce ne serait pas son premier choix. Ajoutez qu’elle prendrait la place de son rival de la première heure, Simon Jolin-Barrette qui, lui, pourrait la remplacer à la Justice. Drôle de retour des choses.

On explique aussi que l’intransigeance du ministre Jolin-Barrette a souvent mis le gouvernement dans l’embarras et forcé le bureau du premier ministre à lui porter secours. On peut donc déduire que le ministère de l’Immigration pourrait avoir un nouveau titulaire.

Les valeurs sûres

Pierre Fitzgibbon en gros plan.

Parmi les valeurs sûres du gouvernement Legault, on retrouve le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Il faut aussi parler des valeurs sûres sur qui le premier ministre peut compter. C’est le cas des ministres économiques comme Eric Girard aux Finances, Pierre Fitzgibbon à l’Économie ou encore Jean Boulet au Travail.

On peut ajouter François Bonnardel, très respecté, aux Transports, et Geneviève Guilbault, efficace à la Sécurité publique. Andrée Laforest fait également le boulot. Elle ne se braque jamais, dit un député de l’opposition à son sujet.

Sur la dernière rangée du Salon bleu, de jeunes loups ont attiré l’attention de François Legault. La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, pourrait prendre du galon. Elle a défendu avec énergie son plan de relance de l’industrie touristique et ses talents de communicatrice, en français et en anglais, ont été remarqués. On dit qu’elle aimerait la responsabilité de la Métropole.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, est aussi un excellent communicateur, mais son projet de réforme du réseau de garderies a été retardé en raison de la pandémie. On indique qu’il veut rester en poste pour aller de l’avant cet automne.

Le premier ministre a également une marge de manœuvre pour faire monter quelques députés au Cabinet. Des noms circulent, comme celui du député Ian Lafrenière, qui mène rondement la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs.

Il pourrait remplacer le whip Éric Lefebvre, qui semble avoir perdu la confiance des députés du caucus. On mentionne aussi le nom de la députée de Jean-Talon, Joëlle Boutin.

Ian Lafrenière lors d'une commission parlementaire, assis à une table de discussions.

Le député Ian Lafrenière pourrait se voit confier de nouvelles responsabilités.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

François Legault à la rencontre de son caucus

Les arbitrages finaux se feront après les vacances, qui permettront au premier ministre et à son équipe de prendre le recul nécessaire avant d’agir. Pour l’heure, François Legault a déjà entrepris une tournée des régions, après avoir été confiné dans son bureau de Québec pendant plusieurs semaines.

Il ira à la rencontre de ses députés fatigués des caucus virtuels. Plusieurs estiment qu’ils manquent de visibilité; ce sera le moment de faire le point sur leur rôle et leur responsabilité.

De nouveaux enjeux émergent et obligent le gouvernement à intervenir. C'est une question de jours sinon d'heures avant qu'un groupe de travail sur le racisme ne voie le jour. Le ministre Lionel Carmant y jouera un rôle central. Des députés pourraient y être associés, comme Christopher Skeete et encore Ian Lafrenière.

Un discours d’ouverture à la rentrée parlementaire permettra d’ajuster les priorités de François Legault, qui ont nécessairement évolué avec la pandémie. Mais s’il va de l’avant, il devra mettre fin à la session en cours, ce qui signifie la mort au feuilleton des projets de loi qui n’ont toujours pas été adoptés.

Ce sera notamment le cas du controversé projet de loi 61 sur la relance économique. François Legault a d’ailleurs promis qu’il reviendra à la charge. Ce sera, en fait, une occasion pour le gouvernement de présenter une nouvelle mouture plus respectueuse des règles éthiques dans l’octroi des contrats publics.

Il faut aussi savoir que le projet de loi sur la réforme du mode de scrutin tomberait. Il est loin d’être acquis qu’il sera réintroduit. La promesse électorale de François Legault était de présenter un projet de loi. Il pourra dire sur ce front : promesse tenue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !