•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ian Harrington : l'une des 170 victimes de surdoses du mois de mai

Ian Harrington dans un ring de boxe.

Ian Harrington

Photo : Fournie par Stephanie Harrington

Radio-Canada

À 39 ans, Ian Harrington était sur la voie de devenir entraîneur d’arts martiaux et de boxe lorsqu’il est mort d’une surdose, devenant l’une des 170 personnes à avoir perdu la vie au mois de mai en raison de la drogue en Colombie-Britannique.

Sa soeur Stephanie veut que son histoire mène à des changements législatifs dans une province éprouvée par cette pandémie mortelle. Elle réclame la décriminalisation et l’accès aux drogues sécuritaires.

C'est une première étape pour aider les gens à surmonter la stigmatisation liée à la consommation de drogues et la peur qu'ils ont d'être jetés en prison ou inculpés, plaide-t-elle.

Nous devons immédiatement trouver un moyen de donner aux gens un accès sûr aux drogues. On ne peut se contenter de les regarder mourir.

Une citation de :Stephanie Harrington
Stephanie et son frère Ian Harrington.

Le coroner affirme avoir trouvé un mélange de cocaïne et de fentanyl dans le système d'Ian Harrington suivant sa mort.

Photo : Offerte par Stephanie Harrington

Le confinement, facteur de risque

Stephanie Harrington croit que les restrictions imposées en raison de la pandémie de la COVID-19 ont eu des conséquences fatidiques pour son frère, qui habitait à Langford, sur l'île de Vancouver.

L'isolement social qui a été imposé à cause de la pandémie a eu un effet très important sur lui.

Une citation de :Stéphanie Harrington, soeur d"Ian

Les propriétaires du gym où il s’entraînait partagent cet avis. Keri Scarr et Mike Jorgensen craignent que le fait qu'Ian ne pouvait accéder à la salle de sports et s'entretenir avec la communauté ait pu contribuer à sa mort.

L'isolement peut être un problème pour les gens, seuls, qui errent dans leurs propres pensées, croit M. Jorgensen.

Une personne sensible

Ian Harrington était une personne attentionnée et sensible, qui menait un combat incessant pour surmonter son problème de toxicomanie, selon sa soeur. Malheureusement, il n'a pas eu le temps.

Elle souhaite rappeler que chaque personne décédée dans cette crise est importante.

Il y a eu plus de 554 surdoses mortelles en Colombie-Britannique depuis janvier. En comparaison, 168 personnes sont décédées des suites de la COVID-19.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !