•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs de police de Calgary et Edmonton reconnaissent un racisme systémique

Une voiture du Service de police d'Edmonton.

La Ville d'Edmonton tiendra une audience publique le 15 juin sur la possibilité de réduire le budget de son service de police.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les chefs de police des deux plus grandes villes de l’Alberta reconnaissent l’existence du racisme systémique dans les services de police, mais insistent sur le fait que le travail d’éradication est en cours et qu’ils se consacrent à en faire plus.

Le chef de la police de Calgary Mark Neufeld et le chef de la police d’Edmonton Dale McFee ont tenu ces propos lors d’une émission de CBC, Alberta@Noon, qui consacrait une heure à la discussion du racisme dans les services de police.

Mark Neufeld admet qu’il a beaucoup appris dans les dernières semaines et qu’il pense au racisme systémique depuis que les manifestations ont éclaté après la mort de Georges Floyd.

Mark Neufeld, chef de la police de Calgary, en conférence de presse à Calgary.

Mark Neufeld

Photo : CBC / Justin Pennell

J’ai du mal avec cela depuis les manifestations. J’ai entendu des histoires difficiles qui me préoccupent, admet-il.

En Alberta, cette semaine, de nombreuses personnes ont partagé leurs expériences avec la police. Des milliers de personnes ont manifesté partout au pays pour exiger des changements et les vidéos d’arrestations musclées se sont multipliées.

Mark Neufeld affirme qu’alors qu’il entend parler de ces événements, il remarque également que les membres de son organisation sont déterminés à prévenir le racisme et la discrimination.

Il est important de reconnaître que le racisme systémique existe dans les services de police, mais dire cela semble presque ignorer les progrès que nous avons réalisés et rejeter le bon travail qui a été fait par tant de personnes qui ont travaillé dur pour essayer de le résoudre, ajoute-t-il.

De son côté, le chef de la police d’Edmonton souligne qu’il a passé des années à essayer de s’attaquer à la discrimination dans les services de police.

Est-ce que je pense que le service de police d’Edmonton est raciste et que c’est quelque chose qui est partagé par la majorité des personnes? Absolument pas! J’en suis tout à fait convaincu. Est-ce que je pense que le racisme systémique a joué un rôle et qu’il y a des préjugés inconscients? Absolument!, dit Dale McFee.

Dale Mcfee s'adresse aux médias devant une murale à l'effigie du service de police d'Edmonton.

Dale McFee

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Mark Neufeld partage l’opinion de son collègue. Comme Dale vient de le mentionner, il y a du racisme systémique ou structurel dans les services de police au Canada, y compris à Calgary. Même si cela continue d’exister, nos gens ne veulent pas que ça soit le cas et ont fait des progrès, affirme-t-il.

Les deux chefs ont mentionné avoir des idées à proposer afin d’améliorer la situation, mais affirment que, pour l’instant, ils se concentrent sur l’écoute.

Définancement contre-productif

Ces jours-ci, il est question dans de nombreuses villes de définancer les services de police. Une pétition circule d’ailleurs pour demander à ce que le financement de la police d’Edmonton soit annulé.

Une idée à laquelle Dale McFee et Mark Neufeld sont opposés. Ils espèrent des changements qui réduiraient le rôle de la police dans certaines situations en donnant en exemple le fait que celle-ci ne réussit pas toujours à bien équilibrer l’application de la loi et la santé publique.

Les deux chefs admettent, par exemple, que la police intervient trop souvent dans des cas de problèmes de santé mentale et que ceux-ci seraient mieux gérés par les professionnels de la santé.

Ils pensent toutefois que tant qu’un équilibre ne pourra pas être trouvé de concert avec d’autres organisations, les services de police doivent garder leur financement tel qu’il est en ce moment.

Ce serait contre-productif de simplement s’éloigner de quelque chose sans savoir exactement vers quoi nous nous dirigeons, pense Mark Neufeld.

Quant à Dale McFee, il aimerait que la Loi sur la police soit modifiée afin de permettre l’examen indépendant de plaintes plus générales. Plus tôt cette semaine, il a promis un nouvel effort de réconciliation pour corriger le processus.

Il a également appelé des personnes de divers horizons à travailler ensemble à des solutions.

Nous avons besoin d’un regard différent. Si nous ne nous concentrons pas sur la structure, nous allons manquer le plus grand morceau, dit-il.

Audience publique

Par ailleurs, la Ville d'Edmonton a annoncé sur Twitter qu'elle tiendrait le 15 juin une audience publique en ligne sur la possibilité de réduire le budget de son service de police.

Elle précise que ce sera également l'occasion de voir si des organismes communautaires seraient en mesure de jouer un rôle dans certaines des interventions.

Avec les informations de l’émission Alberta@Noon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !