•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les faits marquants de l'Est-du-Québec cette semaine

Une rue de Rivière-du-Loup avec l'église Saint-Patrice en arrière plan.

Le Bas-Saint-Laurent ne compte plus de cas actifs d'infection au coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Dereck Doherty

Si la semaine a été plutôt calme en ce qui concerne le nombre de cas d'infection, on compte diverses annonces gouvernementales qui s'inscrivent dans le mouvement du déconfinement.

Le Bas-Saint-Laurent a maintenu son faible nombre de cas (48) toute la semaine. En Gaspésie, un seul nouveau cas est venu s’ajouter aux 185 recensés dimanche dernier.

Le bilan s’est alourdi de façon plus prononcée sur Côte-Nord, avec quatre nouveaux cas, dont trois dans la seule journée du dimanche 7 juin. Il y a maintenant 119 cas.

Accès finalement autorisé

Après plusieurs semaines d’incertitude, une entente a finalement été conclue à la fin de la semaine entre le Québec, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard pour permettre aux Québécois d’accéder aux Îles-de-la-Madeleine par le traversier.

Des falaises sur le bord de la mer. Au loin, des maisons et un navire.

Un nombre restreint de personnes sera autorisé à se rendre aux Îles-de-la-Madeleine pour la saison estivale 2020.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Québec annonçait finalement mercredi que les pourvoiries, chalets et tous les autres sites d’hébergement touristique pourront accueillir des groupes d’une dizaine de personnes provenant de trois ménages différents, et ce, dès le 15 juin. L’annonce a été accueillie avec soulagement par les familles et le secteur touristique.

Canot sur l'eau à la Réserve faunique de Port-Cartier.

Canot sur l'eau à la Réserve faunique de Port-Cartier

Photo : SEPAQ

Lundi, Québec annonçait que les restaurants pourront rouvrir le lundi 15 juin. Une majorité de restaurateurs de l’Est-du-Québec s'en réjouissent, mais certains d'entre eux appréhendent tout de même les prochains mois. Plusieurs ont dû fermer leurs portes pendant le confinement alors que d'autres ont pu survivre en offrant des mets pour emporter.

Même si les musées de la province ont le droit d’accueillir des visiteurs depuis le 29 mai, de nombreux établissements de l’Est-du-Québec ont décidé d’attendre le début de la saison touristique avant de relancer leurs activités. Plusieurs réouvertures sont donc prévues dans les prochains jours.

Des poissons dans un aquarium du musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts.

Des poissons dans un aquarium du musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Aide gouvernementale

L'enveloppe de 71 millions de dollars annoncée cette semaine par Ottawa pour les PME des régions québécoises est appréciée dans l'Est-du-Québec, malgré quelques déceptions et interrogations.

Par contre, l’investissement de 753 millions de dollars pour soutenir l’industrie touristique annoncé par Québec jeudi est accueilli tièdement. Si toute aide est la bienvenue, certaines des mesures annoncées n’offriront pas de réel coup de main à l’industrie, jugent des hôteliers de l’Est-du-Québec.

Une passerelle dans un paysage d'automne.

Le Canyon des Portes de l'enfer sur la rivière Rimouski, une attraction touristique populaire

Photo : Facebook/ Canyon des postes de l'enfer/FRANCE DUCHESNE

Les discussions sur l’adoption du projet de loi 61 élaboré par le gouvernement et visant à accélérer la relance économique du Québec n’auront pas permis d’aboutir à une entente avec les partis d’opposition. Dans l’Est, ce projet a notamment suscité des craintes chez les organismes de protection de l’environnement.

Pêche et agriculture

La saison de pêche à la crevette a pu enfin démarrer, 10 semaines après la date d’ouverture officielle du 1er avril. Au printemps, les crevettiers n’osaient pas partir sans la garantie d’avoir une saison et les usines ne voulaient pas ouvrir sans la garantie d’avoir un marché pour cette crevette principalement exportée en Europe. Mais l'inquiétude demeure quant à la rentabilité de cette activité étant donné l'instabilité des marchés en raison de la pandémie.

Un bateau de pêche à la crevette ancré au port de Matane.

La saison de pêche à la crevette débute plus de 10 semaines après la date officielle autorisée pour partir en mer.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Environ 400 personnes ont offert leurs bras pour aller prêter main-forte aux agriculteurs de l’Est, qui manquent de main-d'oeuvre. Ils profiteront d’un incitatif financier de 100 $ par semaine. Cet incitatif devrait pouvoir mobiliser les gens qui reçoivent déjà la Prestation canadienne d'urgence de 2000 $ par mois, espère-t-on. En contexte de pandémie, il devient compliqué de faire venir la main-d'oeuvre étrangère.

Palais de justice virtuels

La pandémie a forcé le milieu de la justice à s’adapter. Durant la pandémie, le ministère de la Justice a implanté 136 salles de justice virtuelles partout dans la province. Cinq de ces salles sont réservées en tout temps pour l'Est-du-Québec.

Le palais de justice d'Amqui.

Le palais de justice d'Amqui

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La COVID accentue l’anxiété

Le nombre d'appels au Centre de prévention du suicide et d'intervention de crise du Bas-Saint-Laurent est en hausse depuis le début de la pandémie. Ce centre, qui dessert également la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, reçoit une moyenne de 42 appels par jour soit une hausse de 60 % comparé à la moyenne de 26 appels quotidiennement avant la pandémie. Certains jours, 55 appels peuvent être faits au centre.

Sur la Côte-Nord, si le nombre d'appels reste stable, la hausse de l'anxiété est notable selon des intervenants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Coronavirus