•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La femme de Dennis Oland intente une action en justice contre son mari

L'été dernier, Dennis Oland a été déclaré non coupable du meurtre brutal de son père Richard Oland produit en 2011 à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. 

Le couple Oland se rend au palais de justice

Dennis Oland et sa femme Lisa Andrik Oland ont chacun été mariés à une autre personne auparavant.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les propriétés qui figuraient en tête de liste dans le procès pour meurtre de Dennis Oland sont de nouveau devant les tribunaux, cette fois dans le cadre d'une apparente action en justice intentée contre Dennis Oland par sa femme, Lisa Oland.

Lundi, l'avocat Philippe Richard, agissant pour Lisa Oland, a déposé un document auprès du tribunal des affaires familiales de Saint Jean, donnant avis d'une procédure judiciaire en cours qui pourrait affecter la possession de quatre propriétés de Rothesay (N.-B.) liées à Dennis Oland et à son défunt père Richard, de la famille fondatrice des brasseries Moosehead.

La victime, Richard Oland

La victime, Richard Oland

Photo : Voile Canada

Les propriétés couvrent un peu plus de deux hectares et comprennent une résidence appartenant à Dennis Oland et trois parcelles adjacentes.  Deux des parcelles appartenaient à Dennis Oland mais ont été transférées à son père en 2009 pour l'aider à résoudre les problèmes financiers croissants qu'il a rencontrés lors de la rupture de son premier mariage.  

La quatrième parcelle appartenait à Richard Oland, mais elle a été regroupée avec les deux autres acquises de Dennis et transférées à une société de gestion que le Richard Oland a créée avant son décès, appelé Kingshurst Estates Ltd.

L'une des résidences dont il est question.

La possession des propriétés dont il est question a été une caractéristique importante dans les procès de Dennis Oland pour le meurtre brutal de son père Richard Oland en 2011.

Photo :  CBC

Ensemble, les quatre parcelles sont évaluées par Service Nouveau-Brunswick à 732 800 dollars.

Date provisoire de l'audience en septembre

Lisa Oland ne figure comme propriétaire sur aucune des parcelles de terrain, mais selon le dépôt de Philippe Richard, le titre ou intérêt des propriétés est remis en question par elle et le nom de Lisa Oland devrait être ajoutée comme charge.

Il n'est pas clair si la demande fait partie d'un divorce ou d'une autre procédure, mais elle a été déposée devant le tribunal de la famille et une date d'audience provisoire a été fixée au 4 septembre.

Lisa et Dennis Oland marchent à la sortie du Palais de Justice.

Une date d'audience provisoire a été fixée au 4 septembre.

Photo :  CBC

Vendredi, l'avocat M. Richard a déclaré qu'il ne pouvait pas parler de l'affaire, ni de sa représentation de Lisa Oland.

L'avocat de Saint Jean William Teed, qui parle souvent au nom de la famille Oland, n'a pas donné suite aux demandes d’entrevue.

La possession des propriétés dont il est question a été une caractéristique importante dans les procès de Dennis Oland pour le meurtre brutal de son père Richard Oland en 2011. 

Après plusieurs années de querelles juridiques et deux procès, Dennis Oland a finalement été déclaré non coupable de l'accusation, en juillet dernier, par le juge Terrence Morrison.

Dennis Oland quitte le tribunal après son acquittement, le 19 juillet 2019 à Saint-Jean.

Dennis Oland quitte le tribunal après son acquittement, le 19 juillet 2019 à Saint-Jean.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Au départ, Dennis Oland était propriétaire de trois des propriétés en question, mais il en a cédé deux à son père fin 2009 dans le cadre d'un arrangement financier visant à l'aider à financer un divorce avec sa première femme.

Documents jamais signés 

Le tribunal a estimé que Richard Oland avait trois conditions pour l'aide financière qu'il a offerte à son fils en 2009, toutes liées aux propriétés. Parmi celles-ci, Dennis et sa compagne, Lisa, qui est devenue plus tard sa seconde épouse, devaient signer un contrat domestique pour s'assurer que Dennis Oland ne perde pas la maison en cas d'échec de la relation.

L'une des résidences, avec des chevaux dans un enclos.

Ensemble, les quatre parcelles sont évaluées par Service Nouveau-Brunswick à 732 800 dollars.

Photo :  CBC

Richard Oland voulait également une hypothèque sur la maison pour ce que son fils lui devait depuis le divorce et un accord qui donnerait à sa société Kinghurst Estates le droit de premier regard  sur la propriété, si jamais Dennis Oland déménageait.

Des documents ont été rédigés pour exécuter ces conditions, mais n'ont jamais été signés. Dennis Oland a témoigné que Lisa Oland avait refusé de signer tout accord sur la maison après avoir demandé un avis juridique et que, dans son cas, au lieu de signer un prêt hypothécaire avec son père, il avait commencé à emprunter auprès d'une banque locale.  

Immédiatement avant le meurtre, un paiement d'intérêts de 1 666 $ envoyé à Richard Oland par son fils, pour ce qu'il devait à son père sur la maison de Gondola Point Road, a été refusé.

Mais le juge Morrison a rejeté les arguments du procureur de la Couronne selon lesquels ces événements ont contribué à créer un motif de meurtre. 

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !