•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reconnaissance faciale : l'UE doute de la légalité de la technologie de Clearview AI

Une caméra de surveillance et des lignes représentant le visage d'une personne.

La technologie de reconnaissance faciale de Clearview est utilisée par plus de 600 services policiers, dont certains sont canadiens, selon l'entreprise.

Photo : getty images/istockphoto / Scharfsinn86

Radio-Canada

La technologie de reconnaissance faciale développée par l’entreprise Clearview AI pourrait être illégale en Europe, a affirmé mercredi l’organe chargé de la protection des données dans l’Union européenne (UE).

Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a affirmé que l’utilisation du service par les forces de l’ordre ne serait probablement pas conforme au régime de protection des données en vigueur dans l’UE, selon ce que rapporte le site The Next Web. 

Clearview AI a fait les manchettes en début d’année quand le New York Times a révélé qu’elle avait développé, dans le plus grand des secrets, une application de reconnaissance faciale qui peut identifier les gens à partir d’une seule photo de leur visage. Sa base de données renfermerait plus de 3 milliards de photos puisées de Facebook, YouTube et de millions d’autres sites web.

L’entreprise a dû composer avec de nombreuses critiques depuis qu’elle est dans l’oeil du public, notamment parce qu’elle aurait recueilli et utilisé les informations personnelles des gens sans leur consentement.

Début mai, Clearview a dû faire marche arrière en promettant de ne plus vendre sa technologie aux entreprises privées et d’annuler les abonnements de toute personne qui n’est pas membre des forces de l’ordre.

Avec la mise en garde du CEPD, les plans d’expansion européenne de l’entreprise semblent avoir frappé un mur.

Les géants de la technologie interviennent

Les technologies de reconnaissance faciale ont encore fait les manchettes cette semaine, alors qu’Amazon et IBM ont fait d’importantes annonces à ce sujet, dans le contexte des manifestations dénonçant les violences policières faites aux personnes noires aux États-Unis.

IBM a annoncé lundi son intention de cesser la vente de logiciels de reconnaissance faciale à des fins générales, évoquant les risques de surveillance de masse et de profilage racial.

De son côté, Amazon a décidé d'interdire à la police d'utiliser son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition pendant un an.

Jusqu’ici, Clearview AI a refusé d’emprunter le chemin tracé par les deux poids lourds de l’industrie.

Nous sommes convaincus que notre technologie a fait ses preuves et qu’elle a aidé à prévenir l’identification erronée des personnes de couleur, a affirmé mercredi le PDG de l’entreprise, Hoan Ton-That, dans une déclaration.

Avec les informations de The Next Web, CNBC, et CNet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Intelligence artificielle

Techno