•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sault-Sainte-Marie : les signalements de surdoses en hausse, selon la police

Flacon de naloxone et seringue.

La naloxone renverse temporairement les effets d’une surdose au fentanyl ou à d’autres opioïdes comme l'héroïne ou la morphine en attendant l’arrivée des secours.

Photo :  CBC

Radio-Canada

La police de Sault-Sainte-Marie affirme constater une récente augmentation du nombre d'appels concernant des surdoses.

Dans un communiqué publié jeudi, les agents du service de police la ville et de la police provinciale ont affirmé avoir collectivement répondu à un plus grand nombre d'appels que d'habitude concernant des surdoses entre le 28 mai et le 11 juin, à divers endroits dans la région.

Sept décès survenus durant cette période et dont la cause est soupçonnée d'être liée à une surdose d'opioïdes, font présentement l'objet d'une enquête.

Au total, sept personnes sont mortes pendant cette période.

Les autorités pensent qu'une surdose d'opiacés pourrait avoir contribué à la mort de ces personnes.

Pendant ce temps, la police provinciale de l’Ontario (PPO) à Cochrane enquête sur la mort d'une personne de 34 ans dans sa communauté. L'individu a été retrouvée inconscient et est décédé sur place, possiblement d'une surdose.

La police de Sault-Sainte-Marie demande au public d'être attentif aux signes avant-coureurs d'une surdose d'opioïdes.

Ces symptômes peuvent inclure :

  • la somnolence
  • un rythme cardiaque lent
  • des difficultés à respirer
  • une peau froide et moite
  • des difficultés à marcher ou à parler

Elle demande également aux amis et aux membres de la famille des personnes connues pour leur consommation de drogues illicites de s'informer sur la disponibilité et l'utilisation de naloxone.

La naloxone est un médicament qui inverse temporairement les effets des opioïdes.

Si vous pensez qu'une personne fait une surdose et que vous n'êtes pas sûr de ce qu'elle a consommé, vous ne lui ferez aucun mal en lui donnant de la naloxone. Les effets secondaires sont extrêmement rares, a affirmé la police dans un communiqué de presse.

Alors que nous traversons cette pandémie, il est important de se protéger et de se soutenir mutuellement, a déclaré Allison McFarlane, une infirmière du bureau de santé publique d’Algoma.

Pour prévenir la propagation de COVID-19 lors d'une surdose, dit-elle, il est recommandé de porter un masque ou un couvre-visage non médical, des gants sans latex fournis dans votre trousse de naloxone et de pratiquer uniquement la réanimation cardio-respiratoire avec compression thoracique.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !