•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le défi d'accueillir près de 500 futurs préposés aux bénéficiaires

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un fauteuil roulant et un lit d'hôpital en arrière plan.

Le centre Fierbourg a eu à peine deux semaines pour aménager ses locaux afin d'accueillir près de 500 nouveaux étudiants.

Photo : Radio-Canada

C'est la course contre la montre au centre de formation professionnelle Fierbourg. Près de 500 futurs préposés aux bénéficiaires commenceront leur formation lundi et l’établissement n’a eu que deux semaines pour aménager les locaux.

Le court délai et le contexte de pandémie ont forcé l'établissement à mobiliser toutes les ressources humaines et matérielles dont il disposait.

Il faut avoir assez de masques, les jaquettes, les visières, les gants , énumère la gestionnaire de l’établissement, Alexandra Caron, en ajoutant qu’il n’a pas été simple de commander tout le matériel alors que la demande est très forte.

Dès lundi l'école accueillera 22 groupes de 22 étudiants divisés en 2 cohortes, une de jour et l'autre de soir pour maximiser l’utilisation de l’espace.

Noémie Drouin, conseillère en communication au centre Fierbourg

Noémie Drouin, conseillère en communication au centre Fierbourg

Photo : Radio-Canada

La conseillère en communication du centre Fierbourg, Noémie Drouin, explique qu’ils devront porter de l’équipement de protection individuelle en tout temps lorsqu’ils sont en classe.

Ils vont recevoir un sac avec une visière, 40 masques jetables et un masque lavable qu'ils vont pouvoir utiliser en classe. Dans les classes, ils seront 22 donc ils vont être quand même plus près que 2 mètres donc le port du masque va être obligatoire dans les locaux.

Formation rémunérée

La région de la Capitale-Nationale s'est vue octroyer 587 places rémunérées dans le cadre des efforts du gouvernement du Québec pour former 10 000 préposés d’ici l’automne.

Le centre Fierbourg a dû sélectionner ses candidats puisqu’ils étaient trois fois plus nombreux que le nombre de places à s’être montrés intéressés à suivre la formation. On cherchait vraiment le savoir-être , résume la chef du service au recrutement, Marleen Cameron.

Ceux qui travaillent dans un CHSLD depuis quelques semaines parce qu'ils se sont inscrits sur la plateforme Je contribue n'ont pas été retenus. Les besoins de main-d’oeuvre étaient trop criants pour l’été.

Il va y avoir une cohorte spéciale pour eux dès cet automne , promet Marleen Cameron.

Avec les informations de Marie Maude Pontbriand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !