•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre le café avec un mannequin en plastique pour respecter la distanciation physique

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des mannequins assis à des tables de café.

Un restaurant de Vancouver installe des mannequins sur ses chaises pour assurer l'éloignement des clients

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un café de Vancouver a trouvé un moyen original d'instaurer les mesures de distanciation physique liées à la pandémie de COVID-19 tout en remplissant les sièges laissés vacants : y asseoir des mannequins.

Pour la propriétaire du Café Roundel, Dena Sananin, c'est faire d'une pierre deux coups. En plus d'assurer la distanciation physique, ceux-ci contribuent à maintenir une ambiance accueillante dans son petit établissement, dit-elle.

Ici, c’est très confortable et convivial, explique-t-elle. Nous ne voulions pas mettre des X partout.

La propriétaire du Café Roundel, Dena Sananin, prépare un café devant deux mannequins allongés sur les bancs du comptoir.

La propriétaire du Café Roundel, Dena Sananin affirme que les mannequins lui manqueront lorsqu'ils partiront.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Les mannequins proviennent du magasin rétro Burcu's Angels, situé à proximité. La propriétaire Burcu Ozedimer a choisi, pour l’occasion, des mannequins qui, selon elle, seraient les plus beaux dans le restaurant.

Ça me rend très heureuse. Quand je passe, je les vois briller à la fenêtre et ça me fait rire. Je me dis qu’ils se promènent, ils rendent visite à des gens.

La propriétaire des mannequins, Burcu Ozedimer, devant l'un de ses préférés, surnommé Crêpe.

La propriétaire des mannequins, Burcu Ozedimer, aime les voir « se promener d'un endroit à l'autre ».

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

L'un de ces mannequins, surnommé Crêpe, figurait auparavant dans une bijouterie, mais le propriétaire le trouvait effrayant, selon Mme Ozedimer.

Regardez-le, dit-elle, il n'y a rien d'effrayant. Il est un peu mondain. Je pense qu'il est gai. Il est incroyable.

Un client de longue date, Harry Grunsky, ne trouve rien d’étrange à voir des mannequins avec des noms et des histoires fréquenter l’endroit. Il apprécie au contraire l'originalité de l'idée. C'est bien, ils ont trouvé un autre moyen que d'utiliser de grands panneaux.

Le mannequin nommé They assis à une table du café Rondel.

Le mannequin nommé « They » occupe une place qui doit être libérée conformément aux règles de distanciation sociale.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Les gens qui se présentent seuls au café semblent particulièrement aimer s'asseoir à la table devant Crêpe, dit Mme Sananin.

Les personnages en plastique lui manqueront lorsque les restrictions de distanciation physique seront levées. Ils sont beaux et ce serait bien de les garder, mais ils occupent les sièges de gens qui veulent manger.

Avec les informations de Deborah Goble

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !