•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commandant de la GRC en Alberta clarifie ses commentaires sur le racisme systémique

Curtis Zablocki en conférence de presse.

Curtis Zablocki, le commandant de la GRC en Alberta, s'est excusé auprès de toutes les personnes de couleur qui pensent que ses commentaires précédents minimisent ce qu’elles ont vécu.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Le commandant de la GRC en Alberta, Curtis Zablocki, fait marche arrière au sujet de ses commentaires de lundi. Lors d'une conférence de presse, il a confirmé l’existence de racisme systémique au sein des forces policières canadiennes.

« Après avoir réfléchi, je pense maintenant que le racisme systémique existe au sein des forces de police, y compris à la GRC », a-t-il dit.

Il revient ainsi sur sa déclaration de lundi. Il avait alors déclaré ne pas croire « que le racisme soit systémique dans les services de police au Canada » ou en Alberta.

Ses commentaires ont suscité un large débat, alors que d'autres chefs de police, dont celui d'Edmonton, Dale McFee, ont reconnu que le racisme systémique était un problème au sein des forces de l’ordre.

Vendredi matin, le premier ministre Justin Trudeau avait à son tour souligné l’existence de racisme systémique au Canada. Selon lui, il s’agit d’un « problème partout au pays, dans toutes nos institutions, y compris dans tous nos corps policiers ».

Moment de réflexion

Le commandant Zablocki a déclaré qu'il avait eu, depuis sa première déclaration, des conversations avec des dirigeants communautaires et autochtones à propos du racisme.

Mon point de vue vient d'un point d'observation plutôt que de l'expérience

Une citation de :Curtis Zablocki, commandant de la GRC en Alberta

Il a expliqué avoir fait une lecture plus approfondie de ce qu'est le racisme systémique. Cela a été une semaine de réflexion, d'apprentissage et de compréhension pour moi, a-t-il déclaré.

Je devais reconnaître cela et reconnaître que, même historiquement, la GRC n’a pas toujours tout fait correctement, a-t-il dit.

Le commandant s'est également excusé auprès de toutes les personnes de couleur qui pensent que ses commentaires précédents minimisent ce qu’elles ont vécu.

Soutien de la commissaire

En entrevue à CBC avant le point de presse du commandant Zablocki, la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, que celui-ci aurait mal interprété l’expression racisme systémique.

Brenda Lucki lors d'une conférence de presse.

La commissaire de la Gendarmerie royale du Canada, Brenda Lucki, déclare être fière d'être la commissaire de ce qu’elle estime être la meilleure organisation policière au monde.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

C’est une question intéressante parce qu’au cours des derniers jours, j’ai entendu de 15 à 20 définitions de racisme systémique, souligne-t-elle.

Son intention était de dire que, s’il y a du racisme, il ne pense pas que ce soit répandu à travers l’organisation, croit-elle.

Il est temps de redoubler d'efforts

Une citation de :Brenda Lucki, commissaire de la GRC

Je suis motivée et déterminée à changer les choses, dit-elle dans un communiqué paru vendredi (Nouvelle fenêtre).

« La GRC ne tolérera pas que des membres n'adhèrent pas à ses valeurs fondamentales », écrit-elle, avant de conclure en déclarant qu’elle est « fière d'être la commissaire » de ce qu’elle estime être « la meilleure organisation policière au monde ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !