•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une tête de flèche de 6000 ans découverte près de Williams Lake

L'archéologue Whitney Spearing tient la tête de flèche.

La tête de flèche qui a été découverte serait le plus vieil artéfact trouvé dans cette région.

Photo : gracieuseté de Whitney Spearing

Radio-Canada

Une tête de flèche datant de 6000 à 7500 ans a été découverte par un groupe d’archéologues près de Williams Lake, situé à environ 300 km au nord de Kamloops, en Colombie-Britannique, ce qui en fait le plus vieil artéfact trouvé dans la région.

C’est surréel, s'exclame l’archéologue principale de la communauté autochtone de Williams Lake et responsable du projet, Whitney Spearing. Elle pensait jusque-là que la région n’avait pas été occupée au-delà de 4000 ans.

Des personnes étaient ici il y a des milliers d’années et nous commençons à peine à assembler les pièces du casse-tête. Nous avons si peu de compréhension de l’archéologie dans la région de Williams Lake et dans tout le plateau intérieur, dit-elle.

Une excavatrice et un outil de triage ont permis la découverte de la tête de flèche au sud de Williams Lake, alors que de la terre était déplacée pour former un fossé à la suite d’un glissement de terrain survenu en 2019.

Une excavatrice achemine la terre vers une trieuse.

Un glissement de terrain survenu en 2019 a nécessité la construction du fossé dans lequel la tête de flèche a été trouvée.

Photo : gracieuseté de Whitney Spearing

Comme la découverte a été faite sur le territoire de la Première Nation de Williams Lake, celle-ni n’a pas l’obligation de la rendre aux autorités provinciales et peut la garder dans la communauté, tout en la rendant accessible à des fins de recherche.

Un peu plus de 4000 artéfacts ont été retrouvés sur le site, dont des têtes de flèche appartenant à plusieurs Premières Nations différentes ayant vécu sur le territoire à différentes périodes.

Chaque découverte a été consignée dans un dossier en 3D afin de montrer la profondeur de chaque pièce, ce qui peut aider à en déterminer l’âge, explique l’archéologue Whitney Spearing.

Nous avons une plus grande compréhension de ce qui se passe grâce à ces outils et nous amassons beaucoup de connaissances grâce à eux, dit-elle.

La plus grande partie du site sera préservée, à l’exception du fossé en construction.

Avec les informations de Jenifer Norwell

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Archéologie