•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artistes du Mexique créent un fonds pour le personnel en cinéma

Portrait d'Alejandro Gonzalez Iñarritu, qui porte des lunettes de soleil

Le réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu lors du Festival de Cannes en 2018.

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

Radio-Canada

Les réalisateurs mexicains Alejandro Gonzalez Inarritu et Guillermo del Toro, ainsi que la comédienne Salma Hayek ont créé un fonds pour aider les travailleuses et travailleurs de l’industrie cinématographique de leur pays, touchés par la crise de la COVID-19.

L’Académie mexicaine du cinéma, des arts et des sciences a fait cette annonce vendredi. Alejandro Gonzalez Inarritu était présent par voie de vidéo. C’est un acte de solidarité avec nos collègues de l'industrie, sans demander à personne d'autre que nous-mêmes, a-t-il déclaré.

Le montant recueilli est de 440 000 $ US pour le moment. Cependant, d’autres dons sont attendus. Chaque personne recevra un montant forfaitaire de 885 $ US.

L’argent est d’abord destiné au personnel qui s’occupe, par exemple, des costumes, du son, ou encore de l’image, et qui ont perdu leur contrat lors de l’arrêt des tournages. Les premières personnes à en bénéficier seront celles qui ont des problèmes de santé ou qui sont les seules à pourvoir financièrement aux besoins de leur famille.

La Corriente del Golfo, une compagnie fondée par Gael Garcia Bernal et Diego Luna, a également contribué au fond, ainsi que des compagnies de production mexicaines et internationales.

L’Académie estime qu’environ 30 000 personnes travaillant en cinéma ont perdu leur emploi lors de l’arrêt complet des tournages.

Aucune date de reprise n’a encore été annoncée par le gouvernement mexicain et l’industrie du cinéma.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !