•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une violente arrestation policière à Winnipeg captée en vidéo

Des policiers maintiennent un homme au sol et le frappent.

La vidéo montre un policier en train de donner des coups de pied à un homme maintenu au sol.

Photo :  Capture d’écran - YouTube / Winnipeg Police Cause Harm

Radio-Canada

Une vidéo montrant des policiers de Winnipeg en train de frapper à plusieurs reprises un suspect maintenu au sol circule sur les réseaux sociaux.

La vidéo a été publiée sur YouTube et sur d’autres plateformes jeudi après-midi par le groupe Winnipeg Police Cause Harm, qui se définit comme un groupe militant pour l’abolition de la police.

Les images montrent trois policiers tenant un homme face contre le sol dans le cadre d'une arrestation. L’un d’eux le frappe avec son genou.

Environ 10 secondes après le début de la vidéo, un quatrième agent s'approche et donne deux coups de pied au suspect.

Plusieurs personnes ont critiqué sur les réseaux sociaux le recours à la force vu dans cette vidéo. Une femme qui dit avoir été témoin de la scène affirme que l’homme ne semblait pas offrir de résistance.

Les policiers défendent leur intervention

Un communiqué de presse de la police indique que les policiers ont été appelés dans le quartier de la Bourse un peu avant 8 h jeudi matin. Un homme avait lancé une brique dans une fenêtre de la salle de concert du Centenaire avant de brandir une arme à feu.

La police a confirmé que l'arrestation de la vidéo correspondait à cet incident.

Les autorités ont indiqué que le suspect, qui semblait sous l'emprise de la méthamphétamine, avait menacé des passants avec ce qui semblait être un revolver et que de nombreuses personnes avaient appelé le 911.

L’homme a jeté son arme, qui s’est finalement avérée être un pistolet à air comprimé, quand la police est arrivée, mais il a refusé d’obéir aux ordres de se mettre par terre et a agressé un agent.

Les policiers ayant de la difficulté à lui passer les menottes se sont rendu compte que le suspect était également armé d’un couteau et d’une barre de fer.

En conférence de presse vendredi, le Service de police de Winnipeg a justifié son intervention en présentant une autre vidéo captée par des caméras de surveillance aux abords des lieux de l’arrestation.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Une violente arrestation policière à Winnipeg captée en vidéo

Selon le porte-parole de la police Jay Murray, l’usage de la force était justifié et les coups de pied, bien que difficiles à regarder, étaient nécessaires pour éloigner le couteau que le suspect avait à sa ceinture.

Jay Murray défend aussi l’usage du pistolet électrique qui a, selon lui, été utilisé en dernier recours après de multiples tentatives pour maîtriser l’individu.

L’homme de 33 ans fait face à plusieurs chefs d’accusation, dont possession d’une arme.

Des problèmes sociaux profonds

Le professeur assistant de criminologie à l’Université de Winnipeg Kevin Walby affirme que la vidéo est choquante, particulièrement dans le contexte actuel de dénonciation de la brutalité policière et de discussions autour du définancement de la police.

Kevin Walby devant un bâtiment de l'université.

Kevin Walby, professeur assistant de criminologie à l'Université de Winnipeg.

Photo :  CBC / Aidan Geary

Le professeur relève que des problèmes profonds, comme la santé mentale, la toxicomanie et d’autres problèmes sociaux, sont à prendre en considération dans ce genre d'intervention.

Oui, il y a de la désobéissance dans nos communautés. Oui, certaines personnes agissent mal, mais pourquoi en est-il ainsi?, demande-t-il. Je crois qu’il faudrait regarder du côté du manque de financement de notre province, de notre ville, pour le développement communautaire et social, ajoute-t-il.

Avec des informations de Sarah Petz, de Meaghan Ketcheson et de Mohamed-Amin Kehel

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.