•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore du chemin à faire pour réduire l'usage de bouteilles en plastique à Matane

Une bouteille d'eau en plastique flottant sur l'eau.

D'après Parcs Canada, plus de 8 millions de tonnes de plastiques sont jetées dans l’océan chaque année (archives).

Photo : iStock

La Ville de Matane poursuit ses efforts pour limiter l'achat de bouteilles d'eau en plastique et le gaspillage d'eau sur son territoire.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, ne s'explique pas que de nombreux citoyens continuent d'acheter de l'eau embouteillée.

On le voit, les grandes surfaces font souvent des rabais extraordinaires pour acheter des bouteilles d'eau en plastique, déplore-t-il.

Comme maire, je trouve ça aberrant de voir des gens acheter ces bouteilles d'eau, sachant que l'eau qu'ils ont chez eux, et qu'ils paient déjà, est de bien meilleure qualité.

Jérôme Landry, maire de Matane

Le bilan annuel sur la qualité de l'eau potable, publié par la Ville au début du mois, atteste que l'eau municipale satisfait à toutes les exigences de la santé publique.

On fait de cinq à six tests par semaine qu'on envoie à un laboratoire accrédité, explique le coordonnateur au traitement des eaux pour la Ville de Matane, Patrick Gélinas.

Et ce que ça dit, c'est que sur les 270 tests, on a zéro échantillon qui dépasse la norme, soit en coliformes totaux ou en coliformes fécaux. L'eau est potable en tout temps et il n'y a aucun risque pour la population au niveau de la santé, assure M. Gélinas.

Il faut dire que depuis 2004, la Ville de Matane utilise de l'eau souterraine (plutôt que de l'eau de surface comme c'était le cas avant) au moyen de trois puits, ce qui contribue à la bonne qualité de l'eau.

Un quatrième puits a été ajouté au réseau en 2012, principalement pour les besoins de l'usine des Fruits de mer de l'Est-du-Québec.

De l'eau coule d'un robinet.

Au Québec, l'eau du robinet est généralement d'excellente qualité. C'est notamment le cas à Matane (archives).

Photo : iStock

Pourquoi tant de citoyens continuent-ils alors de débourser pour de l'eau embouteillée?

Peut-être que les gens ont la perception que l'eau des villes n'est pas bonne, avance le maire.

On entendait à l'occasion que l'eau de Matane sentait le chlore, ajoute M. Landry. Mais avec tout le travail qui a été fait par notre équipe, on a eu une réduction de 50 % de la quantité de chlore mise dans l'eau donc on essaie vraiment d'aller chercher une eau la plus pure possible.

Multiplication des efforts

La Ville tente donc de sensibiliser la population à la qualité de l'eau municipale, ainsi qu'à l'importance de réduire l'utilisation des bouteilles d'eau en plastique et du gaspillage d'eau en général.

C'est une situation qu'on aimerait beaucoup corriger, parce qu'on a vraiment la chance d'avoir une eau excellente donc il s'agit simplement de changer nos habitudes, d'avoir nos gourdes à transporter, souligne le maire.

La Ville a aménagé des abreuvoirs permettant le remplissage de bouteilles réutilisables. Six stations de remplissage ont déjà été mises en place dans divers lieux publics, dont le Cégep de Matane.

L'idée c'est d'offrir une alternative aux citoyens pour remplir leurs bouteilles d'eau. Dans les prochaines années, on va essayer de réduire la consommation d'eau en bouteille parce que c'est vraiment une plaie au niveau de la gestion des matières résiduelles.

Jérôme Landry, maire de Matane

La Ville de Matane offre également des crédits à l'achat de barils récupérateurs d'eau de pluie et de toilettes à faible débit.

Les Matanais, moins gaspilleurs qu'avant

Alors qu'en 2016, les Matanais consommaient quotidiennement presque 100 litres d'eau de plus que la moyenne des Québécois, les efforts de sensibilisation investis dans les dernières années semblent avoir porté fruit.

Depuis au moins cinq ans, la consommation d'eau de la Ville de Matane a tendance à diminuer d'année en année. Depuis 2010, on a baissé de 43 % la consommation d'eau à Matane, constate fièrement M. Gélinas.

Est-ce que les gens gaspillent encore de l'eau? Possiblement, parce que les gens ont tendance à penser que l'eau est gratuite, mais ce n'est pas le cas, précise-t-il.

Litres consommés par jour par personne :

Matane

  • 2016 : 618 litres
  • 2019 : 489 litres

Ensemble du Québec

  • 2014 : 589 litres
  • 2017 : 530 litres

Par ailleurs, le maire souligne que Matane tend à mal paraître lorsque les villes sont comparées entre elles au niveau de leur consommation totale, une situation qui s'explique par la présence d'industries qui sont de grandes consommatrices d'eau.

Si on prend juste l'usine des Fruits de mer de l'Est-du-Québec, lorsqu'elle produit à pleine capacité, elle peut consommer jusqu'au tiers de la consommation totale de la Ville de Matane, constate M. Landry.

Ces données sont faciles à mesurer, puisque toutes les entreprises sont munies de compteurs d'eau depuis 2012, et paient leur dû à la ville en fonction de la quantité consommée.

Consommation d'eau à Matane en 2019 :

  • Industries, commerces et institutions : 816 353 m³
  • Résidentielle* : 1 346 850 m³

    *La consommation résidentielle est seulement estimée par la Ville, puisque les résidences ne sont pas munies de compteurs d'eau, contrairement aux industries, commerces et institutions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique municipale