•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de grève au début de l'été à la Sépaq

Deux randonneuses observent le paysage.

Le sentier du Mont-Chauve au parc national du Mont-Orford

Photo : Gracieuseté / Paul Dussault

La grève est évitée pour le moment à la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Les représentants syndicaux souhaitent pouvoir en arriver à une entente de principe négociée.

Les 2000 employés représentés par le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) ont voté à 94 % pour un mandat de grève à exercer au moment opportun.

Le Syndicat affirmait la semaine dernière que le débrayage pourrait se faire à la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, ainsi qu'à la fête du Canada, le 1er juillet.

Ces scénarios sont maintenant écartés. Les discussions devraient s’intensifier entre les parties.

Il y a eu une première rencontre en début de semaine et, à partir de maintenant, le conciliateur et la Sépaq vont être informés de notre volonté d’en arriver à une entente négociée. Des dates vont sortir très bientôt pour avoir un bon blitz de négociation avant que les longues vacances commencent, en juillet, affirme le président général du syndicat, Christian Daigle.

Salaires en jeu

Les négociations ont débuté il y a plus de 18 mois. Les questions salariales sont au cœur du litige.

Les augmentations proposées ne couvrent même pas la hausse du coût de la vie. Nous avons des membres qui gagnent entre 13 et 14 $ de l'heure, en plus d'avoir un travail saisonnier. Il n'est plus question pour eux de s'appauvrir année après année, lance Christian Daigle.

Grève toujours possible

Si les négociations ne progressent pas suffisamment, le syndicat souligne que le recours à la grève pourrait avoir lieu durant les semaines des vacances de la construction.

La direction de la Sépaq n'a pas souhaité commenté. Elle affirme qu'un jugement rendu par le Tribunal du travail en décembre dernier, lui empêche de commenter toutes négociations.

Les négociations visent le renouvellement des conventions collectives des membres du SFPQ qui travaillent dans les parcs nationaux, dans les réserves fauniques, au Manoir Montmorency et au parc de la Chute-Montmorency, au siège social de la Sépaq, dans les campings des Voltigeurs, dans les centres touristiques du Lac-Kénogami et du Lac-Simon, au Gîte du Mont-Albert, à l'Auberge de montagne des Chic-Chocs et à l'Auberge de Port-Menier ainsi qu'à l'Aquarium du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !