•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée canadien pour les droits de la personne lance un examen externe sur le racisme

Une femme avec le Musée canadien pour les droits de la personne derrière elle.

Thiané Diop, qui a travaillé pendant quatre ans au MCDP et a lancé le mot-clic #cmhrstoplying, n’est pas satisfaite de la réponse du Musée aux allégations de racisme.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Dans la foulée d’allégations de racisme interne d’anciens employés du Musée canadien pour les droits de la personne, l’établissement fédéral affirme qu’il embauchera une firme externe pour examiner les allégations, ainsi que pour revoir ses politiques antiracisme.

Depuis mardi soir, d’anciens employés du Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), situé à Winnipeg, prennent la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer le racisme dont ils auraient été victimes lorsqu’ils y travaillaient.

Utilisant le mot-clic #cmhrstoplying, les anciens employés, qui sont Noirs, Autochtones ou des personnes de couleur, racontent les diverses situations qu’ils ont vécues aussi bien avec les gestionnaires du MCDP qu’avec les visiteurs.

Dans un message de John Young, son président-directeur général, le Musée indique que son équipe de gestion s’est réunie mercredi pour établir un plan d’action à la suite de ces allégations. Une personne externe sera recrutée pour recueillir les histoires des anciens employés.

Une organisation externe sera aussi embauchée pour effectuer une vérification approfondie des pratiques et des politiques en matière de diversité, de respect, d’antiracisme et de non-discrimination du Musée, indique le communiqué.

Je tiens à préciser que, même si la responsabilité de ce plan incombe à l'équipe de direction, son élaboration et sa mise en œuvre se feront en partenariat, en travaillant avec les gens, sans que les changements ne soient dirigés de haut en bas, poursuit-il.

En entrevue mercredi, John Young a indiqué qu’il prenait très au sérieux les problèmes qui ont été soulevés et a souligné sa surprise face à l’ampleur des dénonciations.

Je pense que le niveau de préoccupations est une surprise pour de nombreuses personnes du Musée. Il est clair qu'il y a des défauts dans notre établissement et que nous devons trouver des moyens efficaces de les résoudre. Cela va prendre du temps et un engagement durable, a-t-il déclaré.

« Arrêtez de mentir! »

Thiané Diop, qui a travaillé pendant quatre ans au MCDP et a lancé le mot-clic #cmhrstoplying, n’est pas satisfaite de la réponse du Musée à ces allégations. Elle affirme que ce n’est pas la première fois que ce dernier fait des promesses.

Il aborde toujours la situation en disant qu’il va la prendre sérieusement, dit-elle. Ainsi, le Musée est au courant de ces allégations depuis des années.

La jeune femme était furieuse lorsque John Young a dit qu’il était surpris par ces allégations. Arrêtez de mentir! Vous le savez, nous le savons tous les deux, que ces discussions ont déjà lieu et qu’il n’y a pas eu assez de changements concrets, parce que des personnes continuent à venir de l’avant avec des histoires similaires, dit Thiané Diop, en s'adressant au PDG du musée.

C’est très, très difficile comme employé, d’entrer chaque matin dans un établissement qui se dit porte-parole pour les droits de la personne et avoir cette situation à gérer, poursuit l’ancienne salariée du musée.

Justin Ondo-Assoumou, qui est bénévole au Musée depuis 2014, dénonce lui aussi le racisme. Il déplore les conséquences de cette situation.

Pour ce qui des volontaires qui étaient des personnes de couleur, ceux qui étaient avec moi sont tous partis. Cela veut dire que ce n’est pas nouveau, fait-il valoir.

Le Syndicat de l'Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente le personnel du Musée, dit également soutenir les dénonciations.

Avec les informations de Laïssa Pamou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Droits et libertés