•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac-Mégantic, la dernière nuit : une famille immortalisée en dessins

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le reportage de Marie-Hélène Rousseau.

Radio-Canada

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013, Pascal Charest a perdu les trois personnes les plus chères à sa vie : ses filles Bianka et Alyssa, et leur mère, Talitha Coumi Bégnoche. Il a même vu le train dérailler et frapper l’immeuble où elles dormaient. L’histoire de sa famille est immortalisée, en dessins, dans la BD reportage Lac-Mégantic, la dernière nuit.

Lac-Mégantic la dernière nuit; lire la BD reportage

Quelques jours après les événements, Pascal a quitté Lac-Mégantic. Il fallait vraiment que je m’en aille, parce que d’après moi je n’aurais pas passé au travers, confie-t-il. Il s’est exilé à Sept-Îles où il demeure toujours.

Pascal n’oubliera jamais cette nuit où il a tout perdu. Il était sorti prendre l’air et discutait avec des amis devant un commerce de la rue principale lorsque le train de pétrole brut a explosé.

J’ai vu les vitres des chambres des petites et de leur mère s’en aller une en arrière de l’autre. J’étais dans un cauchemar, mais réveillé.

S’il accepte de replonger dans cette nuit, c’est pour que ses proches ne soient pas oubliées.

J’y repense tout le temps, tous les jours. C’était mes fiertés.

Pascal Charest

En terme de personnalités, c’était quasiment des petites filles exemplaires. Elles étaient complices, se protégeaient une et l’autre. Elles aimaient la nature, aimaient la vie. Une a vécu 9 ans, l’autre 4, leur mère avait seulement trente ans.

Sur la Côte-Nord, Pascal se reconstruit une journée à la fois. Il a rencontré une femme avec qui il a refait sa vie. Son fils Antoine, âgé de quatre ans, lui donne une nouvelle raison de vivre.

Je suis fier de mon petit gars et d'avoir la famille que j'ai. Il représente ce que j'ai de plus précieux qu’il me reste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !