•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vacances de la construction auront lieu comme prévu

Deux employés du domaine de la construction sur un chantier.

Après une pause forcée de plusieurs semaines, l'industrie de la construction a repris ses activités au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Félix Morrissette-Beaulieu

Le gouvernement du Québec dit avoir entendu les syndicats et maintient les vacances de la construction du 19 juillet au 1er août, en accord avec les différentes conventions collectives.

Il reviendra toutefois aux travailleurs de s'entendre avec l'employeur s’ils choisissent cette période ou s’ils désirent travailler et repousser leurs congés pour profiter de la relance économique.

Le ministre du Travail, Jean Boulet, invite les associations patronales et syndicales à discuter et à convenir de déplacer les vacances, si elles le désirent, et ce, jusqu’au 31 octobre 2020.

Pour certains, les vacances sont attendues, alors que d’autres désirent travailler, souligne le ministre.

Je suis un défenseur de la liberté contractuelle entre les parties et je crois que tous doivent faire preuve de flexibilité. J’invite les parties à explorer le déplacement volontaire des vacances, si elles le désirent, ajoute M. Boulet.

Conciliation travail-famille

On est contents, estime Carl Dufour, président de CSD construction. Le syndicat, qui représente 20 000 travailleurs, était en accord pour maintenir les vacances aux mêmes dates.

Les travailleurs tenaient à leurs vacances pour la conciliation travail-famille, selon M. Dufour.

Les travailleurs de l'industrie sont habitués d'avoir leurs vacances aux mêmes périodes. Les couples choisissaient leurs vacances pour ça, conclut le président.

Période de rattrapage

Des entrepreneurs estimaient qu'une flexibilité dans les périodes de vacances pourrait permettre de rattraper le retard dans certains chantiers.

On est déçus, mais on entend le message du ministre, qui privilégie une entente entre les parties, indique Nicole Robichaud, directrice des relations de travail de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).

L'Association souhaitait l'étalement volontaire de deux semaines de vacances jusqu'au 31 octobre 2020, soit 2 mois plus tard que la date limite prévue par la convention collective.

L'APCHQ souhaite continuer de négocier avec les syndicats pour y arriver.

De prendre ses vacances entre le 1er juillet et le 31 août, c'est une période où beaucoup de travail pourrait être exécuté, illustre Mme Robichaud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !