•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les marchés publics doivent se réinventer pour la saison 2020

Place Agnico-Eagle, marché public de la Vallée-de-l'Or

Place Agnico-Eagle, marché public de la Vallée-de-l'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Rivest

La saison 2020 des marchés publics se mettra en branle ce dimanche à Val-d’Or, dans le contexte fort particulier de la pandémie de COVID-19.

Afin de respecter les consignes de distanciation physique, l’accès aux installations des marchés publics sera contrôlé, tout comme la circulation entre les kiosques. Les exposants seront dotés d’équipements de protection et il sera interdit de faire des dégustations sur place.

Dans la Vallée-de-l’Or, le marché regroupera un maximum de 22 exposants, dont cinq à l’intérieur. Pas plus de 60 personnes seront acceptées en même temps sur le site. Le directeur Renaud Martel est confiant que la population sera au rendez-vous, même si l’expérience est très différente.

Renaud Martel parle derrière un lutrin, à côté d'une affiche du marché public.

Renaud Martel, directeur du Marché public de la Vallée-de-l'Or

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Nous avons une clientèle de gens curieux et engagés. On a bon espoir que, mesures ou pas, ils vont venir pareil au marché. Notre défi est de rendre le tout sécuritaire, convivial et fonctionnel pour que l’expérience de magasinage soit intéressante. Les gens recherchent un contact humain et un lien direct avec les producteurs. À mon sens, ils vont l’avoir.

Pas d’activités

À Rouyn-Noranda, le site du marché public sera limité à 20 exposants. Les activités débuteront le samedi 27 juin et la coordonnatrice Julie Gauthier admet que l’absence de dégustation ou d’activités spéciales viendra changer la donne pour l’organisation.

Ça chamboule les habitudes de tous, mais on veut que ça soit le plus convivial possible, reconnaît-elle. On va se concentrer sur les achats, mais le coeur du marché demeure le même, soit d’encourager nos producteurs et profiter de produits frais. L’absence de dégustation est évidemment un frein pour certains, parce que ça va être plus dur de faire découvrir de nouveaux produits.

Le marché public de Rouyn-Noranda

Le marché public de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Favoriser l’achat local

Valérie Tancrède, coordonnatrice du Marché public d’Amos, se réjouit que les artisans aient finalement été inclus dans les exposants permis par la santé publique dans les marchés publics. Les activités débuteront le jeudi 25 juin au Parc de la Cathédrale avec 15 kiosques. Elle souligne que le recrutement se passe bien dans les circonstances.

C’est sûr qu’il y a des questionnements, admet-elle. J’ai eu beaucoup d’appels d’agriculteurs et d’artisans, sur comment on va fonctionner. On mise sur l’engouement pour l’achat local, un discours qu’on entend et qu’on ressent partout. Je crois sincèrement que ça va nous aider à avoir de belles ventes cet été au marché.

Belle vitrine

Propriétaire du Jardin des lucioles, Nathalie Beaudoin en sera à une deuxième saison au Marché public de la Vallée-de-l’Or. Malgré les mesures mises en place, elle tenait à être de la partie en 2020.

Les gens aiment ça rencontrer les producteurs, rappelle-t-elle. Avec la Covid, ça nous amène un petit stress, mai je pense que les gens sont prêts à encourager leurs marchands locaux. Ils ont hâte de sortir et venir nous rencontrer.

Le marché public d'Amos.

Le marché public d'Amos (archives)

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Le président d’Ékorce Kombucha, Yan Lapointe, admet que les exposants se lanceront un peu dans l’inconnu à compter de dimanche.

C’est pour nous une excellente vitrine, même si on devra passer par-dessus l’aspect des dégustations de notre produit cet été. J’ai hâte de voir comment ça va se passer. J’ai l’impression que les gens vont arriver avec une idée précise de ce qu’ils veulent. On va s’adapter aux nouvelles mesures. Ce n’est pas la fin du monde, ça fait deux mois qu’on fonctionne comme ça, souligne-t-il.

L’expérience vécue à Val-d’Or ce dimanche sera partagée aux autres marchés publics de la région, en vue d’y apporter des ajustements. Les organisateurs espèrent aussi que la santé publique rendra les consignes moins contraignantes au cours des prochaines semaines, ce qui pourrait permettre de ramener certaines activités dès cette saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !